En Avoir Ou Pas

…des amis, un amoureux, un boulot, de l’argent, des nouvelles fringues, une maison, des idées, des opinions, un blog…

Il est facile de recruter mille soldats, mais il est difficile de trouver un général. février 15, 2008

Filed under: Le Méchant Monde de l'Entreprise — Marie D. @ 7:59
Tags: , ,
*proverbe chinois

Hier soir – enfin, vers 17h15, alors que tout le personnel de la boîte avait déjà regagné ses pénates mis à part 3 braves (ma DG ainsi que mon boss et moi-même, trop contents de profiter d’un peu de calme après le départ des troupes), un des téléphones du plateau s’est mis à sonner avec insistance.

J’étais devant le fax, attendant un rapport de transmission (oui je sais, ça fait très 20ème siècle, surtout sortant de ma bouche) et comme ce téléphone n’avait pas l’air de vouloir s’arrêter de sonner, je me décidai, magnanime, à décrocher.

C’était pour moi. Ce qui est déjà très étrange vu que c’était pas mon numéro. Mais soit. Une charmante dame m’annonce qu’elle travaille pour l’agence Machin-Truc (dont j’ai jamais entendu parler), qu’elle a vu mon profil sur Linked-In et qu’elle recrute un responsable marketing pour une entreprise à Bruxelles, et qu’elle voudrait savoir si ça m’intéresse.

Normalement j’écoute toujours ce genre de proposition avec sérieux, même si je n’ai pas l’intention de changer de travail, juste pour savoir ce que le marché propose, combien ça paye, et ce qu’on me pense capable de faire.
Mais là je me suis juste retenue d’éclater de rire et j’ai gentiment décliné (de toute façon les chances que j’accepte à nouveau un jour un poste à Bruxelles avec 2 heures dans les embouts tous les matins sont loin en-dessous de zéro).

Non mais vous vous rendez compte que cette nana, qui a pêché des infos sur moi dans un site qui n’est absolument pas destiné au recrutement, me contacte sur mon lieu de travail pour me proposer un autre job, en composant une des lignes directes au hasard! Vous trouvez ça professionnel, vous?
Alors vous allez me dire, vu les infos reprises dans LinkedIn, elle ne disposait que du nom de mon entreprise pour me retrouver. Mais dans ce cas-là, est-ce qu’il n’aurait pas mieux valu commencer la conversation en me demandant si je pouvais parler librement ou en me proposant de donner un numéro privé pour discuter plus tard, au lieu de me demander tout de go « est-ce que ce poste vous intéresse »? Comme si j’allais me faire expliquer un job description assise en face de mon boss…

Si une télémarketeuse du recrutement passe par ici, elle saura quoi ne pas faire!

Publicités