En Avoir Ou Pas

…des amis, un amoureux, un boulot, de l’argent, des nouvelles fringues, une maison, des idées, des opinions, un blog…

So, this is Goodbye… mars 17, 2008

Filed under: Ma vie en technicolor — Marie D. @ 8:00

Or donc, les amis, j’ai tourné ça dans tous les sens, mais vous savez comme moi que quand on court plusieurs lièvres à la fois on n’en attrape généralement aucun. Et moi en ce moment j’ai quelque lièvres à traquer, et je suis bien obligée de choisir parce que je sens bien que je vais me planter, sinon.

J’ai bien songé à essayer de ralentir la cadence, à poster moins souvent, mais la partie de mon cerveau qui se charge de réfléchir à mon prochain post continue à tourner à plein régime, que j’écrive 2x ou 6x par semaine. Un blog, c’est chronophage mais c’est aussi énergivore (tiens c’est bizarre que 2 mots qui vont dans le même sens aient des racines de deux langues différentes) et cette énergie, j’en ai décidément besoin pour la mettre au service d’autres projets. C’est devenu une évidence.

Donc le moment est arrivé où je vais fermer la maison et vous dire au revoir.

J’ai passé une presqu’année très chouette ici, j’ai parlé de pratiquement tout ce qui me tenait à coeur, d’ailleurs le registre commence à s’épuiser… Ca fait quand-même quasiment 300 posts et plus de 3.000 commentaires (et des spams, je vous raconte pas…)! Je remercie les 200 et + personnes qui sont venues me lire chaque jour.
Je fais plein de bises aux Lyonnais et à leur annexe Parisienne, un grand coucou aux filles qui aiment la Formule 1 et qui se reconnaîtront, et à Annick qui me cite si souvent chez elle (désolée de te faire faux-bond) – je continuerai à lire vos blogs avec grand plaisir pendant les heures de bureau.

Marie

[youtube:http://youtube.com/watch?v=4lFXy5bIiSA%5D

Natasha Beddingfield, Unwritten

PS: pour la postérité, j’archiverai tout le blog sur l’ancienne andresse chez wordpress parce que cette adresse-ci va disparaître.
 

Un mois sans shopping fringues: je vous raconte tout! mars 4, 2008

Or donc comme vous le savez, j’avais décidé que durant tout le mois de février je n’achèterais pas de fringues. Rien, nada. Pas même une commande chez La Redoute avec ‘report de payement de 3 mois sans frais’, non, non, non.

Je peux donc vous dire que l’opération est réussie: je n’ai rien acheté. Mais j’en ai surtout profité pour faire des fouilles dans ma penderie, éliminer quelques trucs, retrouver des choses dont j’avais oublié l’existence, et fait un bilan pour le printemps avant de reprendre mes activités shoppesques.

Je dois avouer que ce qui m’a aidée, c’est le fait que nous sommes déjà à la fin de l’hiver et que j’ai déjà acheté tellement de choses cet hiver que passer un mois sans avoir besoin de quelque chose de nouveau devait logiquement être possible. En octobre dernier, j’aurais trouvé ça beaucoup plus dur.
Ce qui m’amène à la première leçon: connaître ses indispensables et veiller à les avoir. Si vous détestez porter des jupes au bureau, il vous faut assez de pantalons que pour tenir toute une semaine sans faire de lessive (au minimum, en fonction de vos habitudes). Idem si le tailleur est obligatoire, il en faut suffisamment. Et si comme moi, vous travaillez dans un endroit où la température n’est pas adaptée (trop chaud ou trop froid), il faut aussi s’adapter. J’ai eu besoin de plusieurs pulls et gilets en maille pour passer l’hiver.
Je sais bien qu’au travail, on n’est pas toujours autorisé à porter ce qui reflète le mieux sa personnalité, et que c’est râlant de dépenser de l’argent pour des fringues qu’on ne portera qu’au boulot. Mais c’est quand-même cinq jours sur sept, alors ça doit malheureusement composer 5/7èmes de votre garde-robe! Mieux vaut s’en rappeler…

Ah, et il faut aussi se souvenir qu’il y a certains basiques indispensables: t-shirts noirs ou blancs, ou chemises noires ou blanches. Ils vont avec tout, c’est quand-même bien utile, même si on a tendance à ne pas vouloir mettre 25€ pour un « bête » t-shirt c’est pourtant un investissement rentable.

En entamant le rangement de mon dressing, je pensais déjà à ce que j’achèterais ce printemps: des jupes. Dans mon souvenir, je n’avais plus beaucoup de jupes mettables, or en été c’est ce que je préfère.
Grossière erreur: à l’examen il s’est avéré que je ne manquais pas de jupes mais plutôt de pantalons! Parce que quand-même avec nos étés pourris, je porte aussi des pantalons d’été. C’est la leçon numéro deux: vérifier ce qu’on a déjà car notre mémoire nous trompe, et prioritiser les achats en fonction de la réalité. Ma prochaine commande chez mon vépécéiste préféré comprendra donc 2 pantalons, qui conviennent aussi pour le travail, et pas de jupe pour l’instant. Et pour y voir plus clair, vous avez aussi tout intérêt à vous débarrasser de tout ce que vous ne portez jamais (une saison complète sans porter un truc, ça me paraît un bon critère d’élimination) et qui encombre votre esprit autant que votre placard.

Mais pourquoi donc étais-je persuadée que je n’avais pas assez de jupes? Sans doute parce que je n’avais pratiquement jamais porté certaines d’entre elles, et que j’avais presque oublié leur existence! Notamment une jupe sous le genou, en tissu satiné, hyper rétro et que j’adore. J’ai dû la porter trois fois, mais pourquoi donc? Simple: je n’ai pas de chaussures assorties. Ou plutôt si, j’en ai, mais elles sont horriblement inconfortables. Résultat, j’ai passé tout l’été dernier à éviter les tenues qui m’auraient obligé à les porter. C’est donc ma leçon numéro trois: s’assurer qu’on a les accessoires, en particulier les chaussures, qui vont avec les vêtements qu’on possède. Ca veut dire que plutôt que de laisser ces jupes dans le placard et d’en acheter de nouvelles, c’est bien plus intéressant de racheter une seule paire de chaussures qui me permettra de les porter! En veillant bien sûr à ne pas choisir quelque chose d’excentrique qui me ferra souffrir le martyr au bout d’une heure. En fait c’est une mission accomplie depuis hier 🙂

Je parlais des accessoires, c’est une partie que j’ai tendance à négliger. Dans mon esprit, les bijoux où ceintures sont des choses pas très importantes et qui ne devraient pas coûter très cher. Mais je constate que c’est une grave erreur: parfois une tenue manque d’éclat et nous semble ennuyeuse parce qu’il manque un accessoire pour la compléter. C’est ma leçon numéro quatre: parfois il vaut mieux investir son budget du moment dans des accessoires plutôt que dans de nouvelles fringues. Si les accessoires sont bien choisis, qu’ils vont avec plusieurs tenues, il donneront une nouvelle vie à vos fringues et ils valent un petit investissement. Une ceinture à 50€ ça peut paraître cher, mais si elle va avec tous vos pantalons, pourquoi pas? Un pendentif un peu orignal, c’est pareil, si ça peut égayer toutes vos chemises blanches réservées au bureau, ça vaut la peine. Idem pour les sacs! Il ne vous en faut pas cinquante, mais il vous en faut un qui pourra contenir tout ce que vous avez besoin d’emmener quotidiennement, qui sera facile à porter (moi j’aime les anses larges pour le mettre à l’épaule) et qui ira avec tout (choisissez-le de la couleur de votre manteau par exemple).

Ma dernière leçon c’est qu’indéniablement, nécessité fait loi. J’avais choisi ce mois aussi parce que mon argent étant passé à autre chose, je n’avais pas de budget disponible pour de nouvelles fringues, que j’en ai envie ou pas. C’est là qu’on se rend compte que certains jours, on a vraiment très envie d’aller voir les boutiques alors qu’on sait qu’on a besoin de rien et qu’on ne veut rien acheter. Les raisons sont souvent le stress, l’ennui, l’envie de s’évader du boulot et de s’offrir un plaisir bien mérité. Bien sûr que c’est dur, mais il faut pouvoir dépasser ça, ne fût-ce que parce qu’en fait tout ce shopping excédentaire nous complique la vie plus qu’il ne la simplifie. Je vous l’ai déjà dit: trop de fringue tue le fringue. Quand on est obligé de se contenter de ce qu’on a, on se rend généralement compte que c’est tout à fait possible et que donc, on a envie plus souvent que besoin.

Voilà pour ma petite expérience. Je peux vous dire que ça va sacrément influencer mon shopping pour la saison estivale. Ca va être moins spontané, donc moins drôle (pas de craquage pour une robe vue en vitrine quand on n’a pas besoin d’une robe supplémentaire) mais si ça peut m’aider à ne plus me changer 3 fois le matin avant de trouver la tenue du jour, je suis prête à faire un effort!

 

Top 5 de ma garde-robe hiver. mars 3, 2008

Un truc fabuleusement drôle dans mon métier de marketeuse mercenaire, c’est que lorsqu’on imprime pour la première fois un nouvel emballage produit, il faut aller voir sur place pour faire des règlages. Ben oui, on croirait qu’à l’heure du PDF, l’imprimeur se contente de pousser un bouton et hop, tout va bien, mais non. Si on le laisse faire, on peut se retrouver avec des broccolis rouges et des poivrons verts plutôt que l’inverse (pour le poivron ça peut passer, mais pour le broccoli…). Donc, disais-je, faut se rendre sur place pour superviser le lancement de la chose.
Là où ça devient drôle, c’est que ce type de mission réunit toujours deux inconvénients:
– les imprimeurs sont toujours trèèèèèès loin de chez vous (voire à l’étranger)
– comme ils travaillent 24h sur 24, il faut être disponible à l’heure où ils ont besoin de vous, et en général il ne peuvent vous la communiquer que la veille.
Ca donne des moments très drôles comme des vendredi soir à 23h dans des zonings industriels du fin fond de l’Allemagne. J’adore…
Et donc ce matin, qui en plus est un lundi matin dois-je le rappeler, à l’heure pile où ce message sera posté par les miracles de l’horodatage, je serai déjà à deux heures de route de chez moi en train de bosser. C’est pas rigolo ça?

C’est pour cette raison qu’aujourd’hui, je vais commencer la semaine en douceur avec un petit tag vestimentaire, mais à ma sauce, hé hé hé… Et oui, Violetine m’a taguée en me demandant de donner mon top 5 des fringues de l’hiver 2007-2008, mais vous connaissez mon projet « un mois sans fringues en février », et donc je préfère vous parler de 5 trucs que j’aurais mieux fait de ne pas acheter.

  1. la veste en velours Together achetée chez les Suisses, dont j’ai parlé ici : portée zéro fois, et même pas réussi à la vendre sur eBay, on peut dire que c’est mon ratage total de l’hiver, alors que fondamentalement elle est jolie, mais elle ne me va pas du tout.
  2. dans la même commande aux 3 Suisses, décidément maraboutée, j’avais acheté un pull col-roulé en laine pour la somme de 10€. Maintenant je sais un truc: quand c’est à ce point pas cher, il y a une bonne raison. Deux lavages et on n’en parle plus
  3. un petit pull mauve à manches courtes – c’était avant que je sache que la température de mon bureau serait négative tout l’hiver, et que porter des manches courtes ne serait absolument pas une option
  4. un tas de gros gilets en alpaga: oui, je les ai portés, je les porte encore, vu les problèmes météorologiques évoqués au point 4, mais alors c’est terrible, ça laisse des poils partout! Ma chaise de bureau en est pleines, mes fringues en sont pleines si j’ai le malheur de les mettre ensemble au sale ou, pire, dans la machine… Note pour l’hiver prochain: que des trucs qui pluchent pas.
  5. un pantalon E5-mode, qui est celui que j’ai le moins porté de tout l’hiver parce que pas mon préféré, et qui a le culot d’être déjà complètement bouloché (oui, des pantalons qui boulochent, vous saviez que c’était possible, vous?)

Voilà. Alors avant de vous quitter, un teasing de la mort qui tue: demain je vous parle de mon mois sans shopping fringues et des conclusions de l’expérience!

En attendant je file le tag à Eugénie (tu ne peux pas le refuser, celui-ci!), Myrtille (qui aime nous parler de ses fringues) et Silphi (pour des raisons vestimentaires évidentes) : à vous de choisir si votre top 5 sera positif ou négatif!

 

Aucune importance février 26, 2008

Filed under: Ma vie en technicolor — Marie D. @ 8:00

J’ai été tagguée par Annick; oui, encore, y a des périodes comme ça 🙂

Il faut que je vous parle de 6 choses qui pour moi n’ont pas d’importance, et que je refile le bébé à 6 personnes (oui, tremblez tous, je ne donnerai les noms qu’en bas de ce post, hé hé hé).

Je dois être honnête, j’ai tendance à donner une importance démesurée aux choses les plus insignifiantes, alors trouver 6 choses que je ne trouve pas importantes, c’est pas facile…

  1. Le foot et ses résultats, sujet de conversation très prisé à la cafétéria du boulot. Ca ne pourrait pas m’intéresser moins même si je faisais de gros efforts, tellement j’en ai rien à fiche. Je pourrais étendre ça au rugby et à la course cycliste mais le foot, c’est vraiment le top des trucs qui ne m’intéressent pas.
  2. Les mauvaises herbes dans le parterre devant la maison. Trop la flemme de m’en occuper et de toutes façon, c’est à peine si je les vois.
  3. Avoir de l’ordre dans mes CD’s. Ils sont en tas dans un grand panier. Quand je pense que des gens en font des armoires murales avec un classement alphabétique. Moi tant que j’arrive à le retrouver quand j’ai envie de l’écouter, ça m’est complètement égal qu’ils soient rangés soigneusement.
  4. Les pubs toutes-boîtes. Et pourtant j’arrive pas à me décider à mettre un autocollant « pas de pub » sur la boîte au lettre, juste au cas où un jour j’aurais subitement envie de les lire. Mais à part ça je trouve que leur contenu est complètement sans importance.
  5. L’avis des gens sur ce que je devrais faire ou dire ou penser. Je suis comme tout le monde, je ne sais pas tout, et il m’arrive de demander conseil à des gens proches. Mais quand je ne le fais pas, c’est que je n’en ai pas besoin et dans ce cas, tout avis qui m’est imposé me sera complètement indifférent – voire si je suis dans un mauvais jour, ça va carrément m’énerver.
  6. Le contenu de l’assiette des autres, à table. Et j’aimerais bien qu’on arrête de s’occuper du mien d’ailleurs, je vois vraiment pas en quoi ça intéresse qui que ce soit, ce que je mange ou non. (Oui c’est encore une histoire de cafétéria du boulot).

Je file le tag à : Fressine, Myrtille et toutes les Camille: Londoncam, CamdEss, Camille Fashion Gazette et Camille la It Girl. Bon amusement, les filles!

 

Les copines d’abord! février 20, 2008

Vendredi soir, j’ai retrouvé des amies pour un dîner. C’était une soirée spéciale car Carotte était de retour des USA pour une visite éclair et nous avait réservé quelques heure de son précieux temps (elle est sollicitée de partout, évidemment).

Nous nous sommes donc retrouvées, et la particularité du groupe c’est que nous avons toutes été collègues. Trois des filles sont toujours dans la société où nous travaillions ensemble, et les trois autres – c’est à dire Carotte, moi-même et notre manager de l’époque – sont parties vivre leur vie ailleurs. Et pourtant, on se revoit toujours comme si on s’était quittées il y a 5 minutes! En plus, nous avions rendez-vous dans un restaurant situé à côté de nos anciens bureau, notre cantine de l’époque. Bref, nous avons été remises dans le bain immédiatement!

On a parlé du travail qui nous pourrit parfois la vie, des enfants qu’on aime mais encore plus quand ils dorment, des hommes qu’on aime aussi mais qui sont tellement compliqués. Et surtout on a beaucoup ri.
Quand on y pense, c’est dingue comme les copines prennent de la place dans une vie. On n’est pas forcées d’en avoir beaucoup (je dois en avoir au plus une dizaine, j’ai tendance à les appeler ‘les copines’ mais en fait ce sont plutôt de vraies amies) mais quand on les choisit bien, elles sont toujours là quand il faut.
Les copines, c’est presque comme une mini-histoire d’amour, sauf qu’elle est platonique et sans les complications. On n’est pas obligées de beaucoup parler pour se comprendre, ni de se voir tous les jours pour savoir qu’elles sont présentes.

Je suis revenue du dîner toute légère et heureuse. Ca deviendrait sûrement une bête fête commerciale, hélas, mais je trouve qu’on mériterait bien une journée de fête des copines, non?

 

Toc, toc, toc! février 18, 2008

Filed under: Ma vie en technicolor — Marie D. @ 8:00

Vu que c’est lundi pour tout le monde, j’avais l’intention de piquer sans honte ce tag récemment aperçu sur plein de blogs et notamment chez Annick et Cél.
Et voilà que je me suis fait taguer ce dimanche par Fressine! Donc j’ai vraiment toutes les excuses pour m’y coller…

Mettre le lien de la personne qui vous a tagué
Mettre le règlement sur votre blog
Mentionner 6 choses/habitudes/tics importants sur vous-même
Taguer 6 personnes à la fin de votre billet en mettant leur lien
Avertir immédiatement sur leur blog les personnes taguées

Alors voilà mes 6 tics ou tocs, c’est selon:

  1. Je me lave les mains 12.747 fois par jour; j’arrête pas de vous le dire: 9 virus sur 10 se transmettent par les mains! Et avec ces manies tordues de serrages de mains intempestifs au travail, les risques sont élevés. Et bien évidemment je ne touche JAMAIS de nourriture sans m’être soigneusement lavé les mains avant.
  2. J’ai absolument tout le temps une bouteille d’eau dans les parages, sinon c’est la crise. Y en a une d’un litre tous les jours dans mon sac de boulot, y en a une petite dans la voiture, et parfois aussi dans mon sac à main. Je crains la panne sèche.
  3. Je finis jamais mon plat au resto. Les portions sont toujours trop grandes, et même quand elles ne le sont pas je laisse au moins une bouchée, pour être sûre que je n’ai pas mangé de trop. A la maison c’est différent parce que je peux me servir des micro-assiettes conformes à mon micro-appétit.
  4. Je ne peux pas commencer ou finir la journée sans sucre. Le matin il me FAUT mon thé sucré et le soir, un cookie ou un biscuit avant d’aller dormir (oui je sais, c’est très mauvais, mais ce sont des biscuits maison alors c’est déjà moins pire, non?). Je peux sacrifier toutes les sucreries de la journée sans broncher mais celles-là, non.
  5. J’entends souvent des répliques de séries dans ma tête, on dirait Dream On! Bon ok, pas tout le temps, hein. Mais mes séries cultes, j’en connais des passages entiers par coeur (et en VO en général) alors parfois dans la vraie vie je retrouve une situation identique et j’entends la réplique, et ça rend les choses plus drôles 🙂
  6. Je suis absolument passionnée et maniaque de l’orthographe, de la syntaxe et de la grammaire. Dans toutes les langues que je connais, d’ailleurs. Je trouve ça vraiment intéressant, toutes ces règles et ces exceptions qu’on peut décortiquer jusqu’à un tel niveau de détail. Pas étonnant que j’ai fait des études de langues, en fait 🙂 Mais donc il me faut prendre sur moi très fort pour ne pas corriger les gens qui font d’horrible fautes de langage du genre « si j’aurais » ou  » ceux qui z’ont » (quand j’étais gamine je corrigeais tout le monde, ça rendait ma mère dingue). Je le fais à voix basse pour moi 🙂

Bon je le refile à personne, ce tag, j’ai l’impression que tout le monde l’a déjà fait. J’essaierai de faire quelque chose de plus original pour demain 🙂

 

Trucs que je dois faire ce week-end. février 16, 2008

Filed under: Ma vie en technicolor — Marie D. @ 10:18
  1. Mettre des trucs en vente sur eBay, parce que ça s’accumule et que je le dis depuis des semaines
    • Donc, prendre des photos de tous ces trucs
    • Donc, refaire une ènième tentative de conciliation avec l’appareil photo
    • Donc, reprendre où je l’ai laissée la lecture du mode d’emploi (*baille*) et de « la photo numérique pour les nuls » acheté le week-end dernier
    • pfff

Je crois que je vais plutôt aller m’acheter un nouveau sac…