En Avoir Ou Pas

…des amis, un amoureux, un boulot, de l’argent, des nouvelles fringues, une maison, des idées, des opinions, un blog…

Pas tous les oeufs dans le même panier… février 19, 2008

Filed under: Le Méchant Monde de l'Entreprise — Marie D. @ 8:00

Il y a quelque semaines je vous parlais de l’ennui au travail. Cela a inspiré à Vedekaa, qui avait commenté mon article, un nouveau post intitulé Et après quoi on court, finalement? Car si notre ami Vedekaa, contrairement à moi, s’amuse comme un petit fou 15 heures par jour dans son travail, il se demande si c’est une bonne chose de consacrer l’essentiel de son temps à ça.

Ca m’a donné envie de rebondir à nouveau sur le sujet. C’est vrai que je peux avoir l’air ici de plaider pour le respect à la minute des horaires et de rabâcher que le boulot c’est pas drôle et c’est juste pour payer les factures. Alors je pense que ceci me donne une bonne occasion de nuancer.

Il faut pour cela que je vous fasse part de mon expérience. Mon premier emploi, je l’ai occupé durant 5 ans et demi, et vraiment je l’ai fait avec toute mon énergie. J’étais ambitieuse, désireuse de prouver de quoi j’étais capable malgré mon très jeune âge, et mon employeur qui s’en était bien rendu compte ne cessait d’agiter la carotte (que je n’ai finalement jamais reçue) pour me faire avancer.
A l’époque j’ai déménagé pour venir vivre à côte de mon boulot. Une journée normale, c’était 11 heures de travail, 14 heures quand il y avait plus de choses à faire – heures jamais payées, jamais récupérées. J’étais joignable 24 heures sur 24 et on n’hésitait jamais à m’appeler durant mes jours de congé pour me demander où j’avais rangé les trombones. Et je répondais, de bonne grâce.

Au bout de 3 ans, j’ai commencé à me dire que c’était un peu abuser. Il y avait des tensions avec mon boss, qui me refusait mes vacances pour partir à ma place, et m’en demandait toujours plus en me laissant toujours moins de temps, en se reposant sur moi pour compenser son manque d’ordre et d’organisation.
Encouragée par une amie, j’ai décidé de prendre un peu de recul, et de commencer à quitter le boulot à des heures normales.
Et bien je n’avais plus rien. Rien. Je ne voyais presque plus mes amis parce que je n’avais jamais le temps, et je n’avais pas fait de rencontre dans ma nouvelle ville où j’étais depuis 2 ans. Je n’avais plus de vrai hobby car en rentrant du travail, je n’étais bonne qu’à m’affaller devant la télé. Je n’avais plus de vie: métro, boulot, dodo, et 4 semaines de vacances par an passées à dormir pour compenser mon épuisement. Je n’avais pas lu un livre depuis, pfffiou…
Je n’étais que mon travail, si je l’avais perdu je n’aurais plus été personne, d’ailleurs je ne savais plus qui j’avais été avant ni si je l’étais encore.
Ca m’a demandé beaucoup d’effort de me remettre en selle, de m’inscrire à des cours du soir pour rencontrer des gens et faire des choses qui n’étaient pas en rapport avec le travail.

Vous voulez que je vous dise? Quand j’ai quitté cette boîte, ils n’ont pas sourcillé, ils n’ont pas cherché à me retenir. Et dans le fond, c’est normal: un contrat de travail c’est un engagement à faire un certain boulot en échange d’un salaire. En dehors de ça on ne se doit rien, même si dans certaines entreprises on aime à faire croire le contraire.

L’an passé, comme à plein de gens, il m’est arrivé de perdre mon travail. Pas parce que j’avais fait des bêtises (ou détourné des milliards) mais jusque parce que je coutais de l’argent et qu’on n’avait plus besoin de moi pour faire ce que je sais faire. On ne s’est pas demandé si j’allais m’en sortir, on ne m’a pas proposé de me laisser un mois ou deux pour commencer à chercher autre chose. On a juste rompu le contrat, comme on avait le droit de le faire.
Heureusement, à ce moment-là,  il y avait à nouveau d’autres choses dans ma vie: des amis, des passions, des loisirs. Parce que j’avais alors perdu quelque chose d’important, qui m’occupait 5 jours par semaine, mais qui n’était pas toute ma vie comme ça l’avait été à une époque.

Je pense que c’est formidable d’avoir un job qui nous intéresse et dans lequel on s’amuse. Mais c’est important de se rappeler de temps en temps que ça ne va pas durer toujours (si pas le chômage, il finit par y avoir la retraite) et qu’il peut y avoir d’autres choses importantes dans la vie. Il y a des gens dans mon entourage qui bossent jusque 22 heures tous les soirs en confiant les marmots à une nourrice. Bien sûr ils ont une jolie maison et ils se payent de belles vacances. Mais les vacances, c’est quinze jours par an, la maison ils n’y sont que pour dormir. Le temps qu’ils ne passent pas avec les enfants, avec les amis, où à faire des choses qu’ils aiment comme lire ou aller voir un concert, ils ne le récupèreront jamais.

En fait, je pense que la règle à observer ici comme dans tous les domaines, c’est de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier. L’équilibre, c’est la clé.

 

16 Responses to “Pas tous les oeufs dans le même panier…”

  1. annick Says:

    suis tout à fait d’accord avec toi! j’aurais du m’appeler équilibre tiens! toujours en recherche du juste milieu.

    me suis offert 3 jours de congé la semaine prochaine!

  2. La Princesse Says:

    Très intéressant ton billet, tu as bien raison de nuancer, tout n’est pas si noir !
    ça m’a été très difficile de comprendre et de réaliser, qu’aussi bon que soit le travail que je fournis, je n’aurais pas de reconnaissance de la part mon entreprise. Eh oui, j’ai signé pour un salaire en échange de mon travail, pas pour de la reconnaissance avec…Mais de temps en temps, je me surprends encore à penser « Qu’est ce que j’aimerais un petit merci » quand mon équipe a dépanné sur un dossier difficile, ou réalisé un miracle logistique.

    Mais a coté de ça, je vois des amis, je vais à des concerts, j’ai du temps pour mes bijoux, et je profite de mes week ends. Comme tu le fais remarquer, les choses qu’on ne fait pas, ou « plus tard quand on pourra » elles ne se rattrapent pas.

    Alors voilà, mon patron reçoit 8 heures par jour mon travail, et je le fais du mieux possible, et lui me donne le salaire qui paie mes factures, et les choses plus intéressantes et épanouissantes que je fais…

  3. cyborgjeff Says:

    Je suis actuelement dans un période ou ton témoignage m’interpelle… 5 ans que je suis là ou je suis, mon premier vrai job.. ou j’ai mis toute ma « tain » d’énergie dans cela, carotte à l’appuie.. mnt, .. je vois bien que c’est un peu la soupe… j’ai levé le pied, mais je ressent un manque….

    Oh, j’ai bien des choses extra-work,… par exemple mon 2° boulot (lol)… mais c’est vrai je passe des heures à bosser au bureau et à la maison.. j’arrive encore à trouver du temps pour voir quelques amis, … presque plus pour faire ce que j’aime, de la musique ;(

  4. annick Says:

    je te tagues pour les choses sans importance, je sais encore un tag! pour un jour où tu manqueras d’inspiration😉

  5. Ciboulette Says:

    Il est très juste, ton billet, très bien écrit. Mais c’est vrai que quand on commence, on ne se rend pas forcément compte de tout ça, on est idéaliste (et heureusement, d’ailleurs). Ce n’est qu’au fil des ans qu’on devient capable de nuancer l’importance d’un travail…

  6. JS Says:

    C’est tout à fait vrai ce que tu dis, et cette notion d’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle est une notion qui est de plus en plus importante pour la nouvelle génération ! Mais c’est assez difficile à gérer, surtout quand l’entreprise nous y aide pas !

  7. Fressine Says:

    Exactement, tu as parfaitement bien résumé la situation dans ta conclusion. Rien de tel que l’équilibre !

  8. plurielpest Says:

    Je suis entièrement d’accord avec toi!

    J’adore mon boulot et je m’y consacre corps et âme pendant le temps qui m’est imparti , soit de 8 heures à 16 heures 30.

    Je m’octroie néanmoins un break pendant lequel je rejoins ma meilleure amie pour grignoter un bout. ce petit break fait un bien fou et m’aide à reprendre le boulot de plus belle!

    Souvent, une fois ma journée terminée, il est vrai que je suis sur des charbons ardents et qu’il me faut un « sas temporel » de décompression , environ 1/2 heure, pour redevenir la peste que tout le monde connaît.

    Je fais un tour dans les magasins de la galerie commerçante, un détour par le Delhaize et je rentre dans mon cocon.
    Je pousse alors un soupir de « décompression  » (si ça existe?!), je suis chez moi, je fais ce que je veux, comme je veux.

    Zhom ne rentrera que quelques heures plus tard, lui aussi a besoin d’un sas de décompression. Chacun son tour.

    Je reste donc persuadée qu’il faut cultiver son jardin et bien séparer la vie « boulot » et « sa vie ».
    C’est la condition sinequanone pour ne ps péter une durite.

    Bizzz

  9. Marie D. Says:

    @ Annick: rooh moi aussi j’en prendrais bien des congés mais avec 20 petits jours je suis obligée de les consommer avec parcimonie

    @ La Princess: un merci c’est gratuit et ça fait toujours plaisir, mais tout le monde ne comprend pas ça…

    @ cyborgjeff: plus de musique ça serait quand-même dommage, non?

    @ Annick: ouh je vais aller voir…

    @ Ciboulette: chacun doit se faire son expérience🙂

    @ JS: il y a des entreprises qui s’adaptent, j’en parlerai une autre fois, mais elles sont encore rares…

    @ Fressine; je savais que tu serais d’accord😉

    @ Plurielpest: oui je suis contente d’avoir une demi-heure de trajet pour décompresser aussi, sinon je serais un monstre en rentrant🙂

  10. Violetine Says:

    Pfou, mon namoureux aussi, se lave les mains tout le temps, on a l’impression qu’il va opérer ! Et le pire c’est que ça déteint sur moi et que je me mets à avoir peur d’attraper la gastro..

    Sinon, pour les fautes de français, moi aussi, ça me dérange.. Même mes textos sont écrits en bon français.. Mais bon, je ne suis pas aussi subtile dans les autres langues, il faut bien que je l’avoue !

  11. cyborgjeff Says:

    dommage oui.. .et quand je prends le temps, j’ai pas toujours l’inspiration ,(

  12. Londoncam Says:

    Je suis complètement convaincue par ton article, tout simplement parce que c’est le raisonnement que je tiens depuis toujours. Je me rappelle une conversation avec un de mes profs de marketing à ce sujet, et il expliquait que ce phénomène était propre à notre génération. Il ne le disait pas dans un sens péjoratif, mais comme une constatation de l’évolution des mentalités, mais aussi de l’entreprise. Celle-ci est de nos jours beaucoup moins protectrice et paternaliste envers ses salariés, et les salariés se sentent moins liés à l’entreprise. Concernés, consciencieux, oui. Acharnés non. Et je pense que c’est mieux ainsi.

  13. Vedekaa Says:

    Roooooohhh ! Bah dis donc, ca devient du ping pong ! Je reviens de week end, ou j’avais pas internet (oui des fois ca fait du bien aussi).
    Je viens voir pour lire tout mon retard, et que vois-je ! Mon nom dans un post !
    Mais figures-toi quand, pris d’une grande et bonne résolution, j’ai entamé un énorme processus de construction d’une vie sociale ! Je suis sorti samedi dernier, mercredi et jeudi. Une première en un peu plus d’un an ! 3 sorties en 5 jours ! Bon, avec des collègues de boulot, certes (j’y vais progressif..), mais tout de même.
    Et j’ai beau être arrivé plus que crevé vendredi au bureau, après quelques 6h de sommeil en 2 jours, mais tellement bien.
    Bref, tout ca pour dire que j’essaie de mettre de l’équilibre dans tout ca, et que je dois dire que ca fait du bien !

  14. Marie D. Says:

    @ vedekaa:ben je suis bien contente pour toi, j’espère que tu vas continuer à apprécier ta nouvelle vie sociale!

  15. elmsm Says:

    c’est rare que je dise ça d’un article, mais pfiouuu c’est super intéressant ! et très juste ! surtout que moi, en ce moment, je m’ennuie grave…

  16. Marie D. Says:

    @ elmsm: Bienvenue ici et merci! Ah oui l’ennui, je pense qu’on est nombreux à connaître…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s