En Avoir Ou Pas

…des amis, un amoureux, un boulot, de l’argent, des nouvelles fringues, une maison, des idées, des opinions, un blog…

On est ce qu’on mange. Regarde maman, elle a toujours mangé son boudin. Allez, finis ton assiette maintenant. février 14, 2008

*sketch de François Pirette, humoriste belge

Or donc les amis, ce n’est un secret pour personne que j’occupe mes journées dans le monde merveilleux de l’agro-alimentaire.
Ce qui fait que j’ai accès à des tas d’informations sur l’alimentation, la diététique, et un tas d’autres choses que je suis plus ou moins chargée de transformer en bonnes raisons pour le consommateur moyen (vous) d’acheter nos produits. Je suis aussi abonnée à un milliard de newsletters en ligne qui m’expliquent quels nouveaux ingrédients sont disponibles. (Je suis ravie de vous apprendre que Smarties va pouvoir refaire des bonbons bleus, alors qu’ils avaient dû arrêter il y a deux ans pour cause de dangerosité du colorant, on vient de découvrir un substitut inoffensif). Donc à priori, on pourrait dire que je suis bien informée en matière d’alimentation.

Et ben non. Et si vous avez récemment tenté de vous informer sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire dans ce rayon, vous savez déjà pourquoi: dans ce domaine, on entend tout et son contraire et on ne sait pas à quel saint se vouer.
Je vous assure que je suis effarée de lire des choses complètement contradictoires d’une semaine à l’autre. On nous dit que le soja est une bonne source de protéines, et qu’il diminue les risques de cancer du côlon. La semaine d’après on nous dit qu’ils pourrait favoriser le cancer de l’utérus (à vous de choisir de quoi vous préférez mourir). Il y a quelques mois on annonçait que les oeufs bios sont plus pollués que les oeufs de batterie parce que les poules en liberté picorent n’importe où. Aujourd’hui j’ai lu que les oeufs de batterie propagent nettement plus de salmonelle que les oeufs bios. Et ainsi de suite. Alors, je ne peux pas m’empêcher de me demander: qu’est-ce qu’il faut qu’on mange, à la fin?

Evidemment, l’industrie alimentaire s’est érigée en grande prêtresse de la diététique (je peux en parler à l’aise, j’ai ma conscience pour moi puisque je bosse sur des gammes qui n’ont pas d’autres prétentions que d’être pas du tout allégées/trafiquées et juste très bonne au goût, tant pis pour le cholestérol). Elle nous dit qu’il faut des probiotiques pour ne pas tomber malade, mais si on mange correctement, on en a déjà bien assez dans son alimentation. Elle dit qu’il faut des oméga 6 pour avoir une belle peau, et des omega 3 pour être en bonne santé (elle oublie de dire qu’il y a des proportions à respecter entre les deux sinon c’est la pagaille dans le cerveau.) Elle enlève le sucre de tout parce que ça nous fait grossir. Sauf qu’elle met des édulcorants chimiques à la place et qu’elle s’abstient d’étudier l’impact de ceux-ci.

Nous sommes tous à la fois sur-informés – bombardés d’infos et de commandements sur ce qu’il faut faire ou pas – et en même temps pas assez informés pour juger nous-mêmes puisque nous ne sommes pas des médecins nutritionnistes. Et puis d’ailleurs, les médecins non plus ne sont pas d’accord entre eux. Certains vous diront qu’il faut cesser de consommer du lait passé l’âge de la maternelle parce que ça donne le cancer (en bref) et d’autres vous diront que sans produits laitiers qui sont par ailleurs inoffensifs, vos os vont vous lâcher avant l’âge de la retraite.
Et si on y réfléchit vraiment, en essayant de savoir ce qu’il faut faire ou pas, on se rend vite compte que prendre une décision est impossible, et qu’il vaudrait peut-être mieux ne plus manger du tout. On mourra, certes, mais au moins on saura de quoi.

J’en étais là de mes réflexions il y a quelques temps quand je suis tombée sur un livre, The Omnivore’s Dilemma, de Michael Pollan. Ce monsieur n’est pas médecin, il est professeur de journalisme. Il s’est penché sur la question du « que manger » avant tout pour des raisons éthiques. En effet, à l’heure actuelle, le nombre de végétariens ne cessent d’augmenter (en Grande-Bretagne, 6% de la population) parce que les gens s’inquiètent de l’impact environnemental de l’élevage de masse mais aussi des problèmes éthiques que pose l’élevage d’animaux pour leur viande.
Ce faisant, il a été confronté à beaucoup de questions plus en rapport avec ce dont je vous ai parlé, à savoir: on ne sait plus qui écouter, dites-nous ce qu’il faut manger ou pas! Au point qu’il s’apprête à sortir un second livre sur le sujet.

Et ses conclusions sont intéressantes. Il les résume ainsi: « Mangez de la nourriture. Pas trop. Surtout des végétaux ». Ca a l’air évident, mais au fond ça ne l’est pas tant que ça.
– Mangez de la nourriture. Par là il entend: de vrais aliments, non transformés, non préparés. Parce que les supermarchés regorgent de trucs qu’on peut manger mais qui ne sont plus de la vraie nourriture. Et surtout, évitez tous les produits qui prétendent être bons pour votre santé: un argument santé sur un produit révèle en général que ce produit n’est pas de la nourriture.
S’il est une information qui est sûre à l’heure actuelle, c’est que nos habitudes alimentaires ruinent notre santé alors que ça n’était pas le cas il y a un siècle, quand les gens mangeaient ce que la nature pouvait leur fournir en fonction de la saison. Donc, back to basics. Et les basiques, vous les trouverez plutôt dans les marchés et chez les artisans locaux que dans les hypermarchés, ça aussi c’est un point important.
– Pas trop. Les portions ne cessent d’augmenter. Un petit suisse aujourd’hui est deux fois plus gros qu’il y a 20 ans, alors que nous n’avons bien sûr pas besoin d’en manger deux fois plus.
Avec la viande, notamment, c’est un problème. Vous pouvez commander au restaurant des entrecôtes de 300g alors qu’en fait, on devrait en manger comme un accompagnement -moins de 100g- et pas tous les jours.
Et de manière générale, si on mange uniquement quand on a faim, et uniquement pour arriver à satiété, on se rend compte qu’on mange nettement moins. La petite pause de 10 heures, par exemple, est une abérration physiologique. Nous ingurgitons des tas de calories dont nous n’avons pas besoin.
– Surtout des végétaux. Un des rares arguments à la mode qui ne se démentira sans doute jamais, c’est le sacro-saint « 5 fruits et légumes par jour ». Mais il y a aussi les céréales non raffinées (qui devraient représenter 50% de notre ration calorique), et les légumes secs pleins de bonnes choses qu’on a un peu tendance à regarder avec mépris.

Personnellement ça m’a fait un bien fou de lire ça. C’est tellement plein de bon sens, tellement évident qu’il est finalement bien nécessaire de le répéter pour qu’on y repense, dans la masse de désinformation à laquelle nous sommes confrontés. Et je dois dire que depuis que je m’efforce de suivre ces principes dans mon alimentation quotidienne, je me sens en meilleure forme! Plus besoin de yoghurt qui soigne ceci ou de céréales qui soignent cela. Donc je pense que c’est l’option la plus censée: mangez de la nourriture, pas trop, surtout des végétaux.

Et vous, qu’est-ce que vous en pensez, et surtout, qu’est-ce que vous mangez?

 

17 Responses to “On est ce qu’on mange. Regarde maman, elle a toujours mangé son boudin. Allez, finis ton assiette maintenant.”

  1. Ciboulette Says:

    C’est vrai qu’elle est pas mal, cette façon de penser l’alimentation… sans doute parce qu’elle semble logique. Perso, j’essaie toujours d’éviter les produits qui ont l’air trop chimiques (trop roses, trop jaunes, trop verts, etc) et j’essaie dans la mesure du possible de manger ces cinq fruits et légumes par jour. Y’a pas très longtemps, ma belle-mère m’a filé un dépliant avec les fruits et légumes de chaque mois et je m’en inspire quand je fais mes courses (bien que maintenant, on trouve quasiment de tout toute l’année). Faut encore que je me mettre au marché parce que je suis persuadée que les produits cultivés par des petits agriculteurs et producteurs sont bien plus sains que ceux importés d’on ne sait où…

  2. Coumarine Says:

    Merci pour cette note bien étudiée et pleine de bon sens…
    Manger quand on a faim, et à satiété, mais pAS AU DELA… cela semble évident, eh! bien pas tant que ça…la gourmandise s’en mêle parfois!
    Comme toi, je mange ce que je prépare moi-même: soupes, légumes cuits ou en salade, fruits de saison (il me déplait de manger des fraises en février par exemple…)
    Surtout pas des trucs à couleurs chimique…

  3. annick Says:

    bof, j’essaye de faire attention à ce que je mange mais prendre du temps pour peser le pour, le contre et son contraire, ça m’ennuie. comme ciboulette j’évite ce qui a l’air trop chimique et tout ce qui est mariné aussi (il parait que c’est comme ça qu’ils nous refilent la viande presque pourrie). sinon, niveau proportion, je limite. la viande c’est 200g pour le géant, moins pour moi.
    pour le reste, je mange sans culpabilité, je suis sûre que c’est elle qui nous fait grossir😉

  4. Moi je dis : rien de tel que d’avoir son petit potager, ses poules, et manger le plus sainement possible, et des aliments le moins modifiés possibles.
    Et ne me regardez pas avec vos grands yeux, c’est faisable, et puis les gâteaux maison sont bien meilleurs que ceux tout faits !🙂

  5. Silphi Says:

    Je ne fais absolument pas attention à ce que je mange, je suis la plupart du temps au restaurant et prends à chaque fois ce qui me fait plaisir. Je mange comme je fume et comme je bois : pour me faire plaisir😉

  6. Londoncam Says:

    Voilà une réflexion sensée qui me plait, Marie D ! J’avoue justement que ces derniers temps je ne sais plus trop quoi manger, quand, comment. Et finalement, cette semaine où j’ai beaucoup mangé à la maison, avec cuisine de maman, je peux dire que mon estomac se sent bien mieux. au menu hier par exemple: aiguillettes de canard (pas une énorme quantité, autour de 100 à 150g je pense), avec des griottes, une salade verte (un bon mesclun, miam miam), un morceau de fromage et un fruit.

    Si tout va bien, j’aurai le marché à deux pas de mon futur appart, et je pense que faire mes courses de légumes au marché devrait me faire le plus grand bien.

  7. Myrtille Says:

    Pas force récemment j’ai dû appliquer (un peu) ce principe, difficile de s’y tenir … j’adore la viande, mais je fais plus d’effort de préparation (je cuisine enfin des légumes) et je mange plus de pâtes et riz complet(es) … J’ai aussi freiné mes grignotage et mes envies de sucre … le résultat est là, je perds du poids donc je suis heureuse, donc je me sens mieux (mais pas spécialement à l’intérieur, plutôt dans ma tête juste !) … Mais cuisiner pour soi-même uniquement, je sais pas si je vais tenir longtemps ! (et puis tous ces apéros avec les copains blogueurs, c’est plus possible hein😉 ! )

  8. Fressine Says:

    Honnêtement je mange très mal dans le sens où je mange la plupart du temps des aliments déjà transformés car chez moi je ne « cuisine » que du Picard.

    Sinon après quand je ne mange pas chez moi c’est au resto ou à la cantine.

    Au final je sais très bien que je n’ai aucune maîtrise sur le contenu de ce que je mange vu que ce n’est jamais moi qui ai préparé mes plats de A à Z.

    Donc au niveau de la qualité de mon alimentation on peut dire qu’elle n’est pas la meilleure mais au niveau de la quantité c’est sûr que je ne mange que lorsque j’ai faim et que j’arrête de manger quand je n’ai plus faim (mais c’est vrai que j’ai tendance à avoir un gros appétit mais apparemment c’est ce qu’il me faut car je n’ai pas de problèmes de poids).

  9. Baudouin Says:

    Tiens… est-ce que la relation à la nourriture est uniquement physiologique ?

    *tousse*

    http://www.macuisineinterieure.com/

    (testé et approuvé)

  10. Camille Says:

    Je fais le marché toutes les semaines, je me nourris presque que de fruits et légumes.
    Oui, je sais, là, pour le coup, c’est poussé dans le mauvais…
    Mais bon!
    En tout cas, c’est très interessant, ce billet, merci!

  11. Très intéressant !

    J’essaie toujours de cuisiner des légumes achetés au marché, mais comme je ne suis pas souvent là au moment du marché, il m’arrive d’aller à L., un hyper bien connu… Et là, les légumes sont toujours très surprenants : la plupart du temps, il est difficile de trouver des légumes… de saison !!!

    Exemple : à Noël, j’avais opté pour une recette avec du potiron et des topinambours, pas courant mais bien de saison.

    Stupeur : à L., un choix digne du mois de juin, de quoi faire une ratatouille complète (tomates, courgettes, poivrons, aubergines, je précise pour celles qui ont du mal avec la ratatouille). Mais de légumes de saison, point ! Pas même un p’tit chou !

    Alors oui : on marche sur la tête !

    Chloé Clafoutis

  12. Marie D. Says:

    @ Ciboulette: bon on ne peut pas être radical au point de dire que si c’est fabriqué à côté de chez nous c’est toujours forcément mieux (il y a de tristes exemples du contraire) mais en tous cas si ça n’est pas transformé c’est déjà pas mal.

    @ Annick: 200g, mazette! mais tu sais la réflexion va nettement plus loin que fait grossir ou pas, c’est plutôt qu’est-ce qui nous renforce ou nous tue par le ventre!

    @ Coumarine: il y a parfois des colorants naturels inoffensifs mais dans le doute…

    @ Lola Chocolat: j’ai récemment troqué les cookies industriels par les maison, préparés le dimanche après-midi vite fait en quantité pour la semaine, et c’est vraiment autre chose!

    @ Silphi: oui, je vois bien ce que tu veux dire🙂 mais tu sais on peut se faire plaisir avec des trucs de qualité (probablement même plus qu’avec des crasses)

    @ Londoncam: oui tu vas voir, ça change tout! et les fruits! les fruits du marché sont magnifiques!

    @ Myrtille: courage Myrtille, courage!!

    @ Fressine: tu sais beaucoup de produits surgelés (légumes, fruits, poissons non cuisinés) sont d’excellente qualité, on peut cuisiner picard et très bien manger! bon les plats tout faits, ça, c’est sans doute autre chose…

    @ Baudouin: c’est complètement un autre débat ça…

    @ Camille: si tu n’oublies pas les protéines, qui peuvent se trouver ailleurs que dans la viande (oeufs, légumes secs…) c’est plutôt bien de manger des tas de légumes!!

    @ Chloé Clafoutis: je suis tout à fait d’accord avec toi!! j’ai vu des fraises dans mon supermarché il y a 15 jours, par contre tu peux courir pour avoir plus d’une ou deux variété de courges…

  13. La Princesse Says:

    Faudrait que je mange plus de légumes, c’est sur…Heureusement, je n’aime vraiment pas les plats tout prêts, ou les produits vraiment très transformés, donc j’achète le plus possible de produits frais et basiques et je cuisine moi même..

    Et j’essaie aussi de respecter mes sensations de satieté, mais quand la gourmandises s’en mêle, c’est plus vite dit que fait…

  14. Violetine Says:

    Manger de la nourriture, pas trop et surtout des végétaux : ça pourrait être la devise de ma maman ! Donc quand je mange chez moi, je mange bien.. Mais quand j’ai stage le matin et que j’ai à peine le temps d’en sortir et d’aller en cours à l’autre bout de la ville l’après midi, c’est pas forcément évident.. C’est un sandwich vite fait, mangé dans le bus le plus souvent.. Evidemment, je peux choisir des sandwiches pleins de crudités, mais il faut aussi des protéines, et c’est pas toujours évident de trouver « jambon crudités » ou « pâté crudités » ou « surimi crudité » et en plus c’est hors de prix (dans les 4 ou 5€ le plus souvent, je trouve que ça fait cher pour un sandwich..).. Et chez mon namoureux, on n’a pas forcément le temps de se préparer à manger, alors c’est souvent une soupe déshydratée, et un plat cuisiné à base d’une viande et de riz.. Et puis un yahourt ou un fruit.. Bon ya pire comme alimentation quand même..

    Mais là où ça pêche, c’est le coca-cola et le grignotage en milieu d’après midi mais là je suis en phase de désintoxication.. Et il y a aussi le grignotage en fin d’apres midi si je n’ai pas eu celui du milieu de l’apres midi.. Parce qu’on mange souvent assez tard, alors j’ai faim ! Mais je crois que je vais arrêter tout ça … un ptit moment, parce que je sais bien que ça me reprendra un jour ou l’autre..😉

    Sinon, pour le grignotage de 10h, même si tu dis qu’il ne faut pas le faire, je crois que je vais m’y mettre.. Parce qu’en ce moment je suis en stage à l’hôpital toute la matinée, donc je petit déjeune vers 7h, et je ne déjeune pas avant 13h.. Et on reste debout toute la matinée, et ce matin, j’ai fait un malaise vagal vers midi.. Et ça n’est pas la première fois.. Donc, ptètre qu’un ptit truc à 10h ne me ferait pas de mal..

  15. Marie D. Says:

    @ LaPrincesse: la gourmandise c’est chouette, si c’est pas tout le temps tout le temps ou qu’on la satisfait avec de bonnes choses

    @ Violetine: c’est clair que s’il s’écoule 6 heures entre tes 2 repas tu as besoin d’un en-cas! Ce que je veux dire c’est que quand tu prends un petit dej correct à 8h et un déjeuner à midi, il n’y a aucune raison de devoir manger à 10 heures! L’aprem, c’est normal aussi que si tu as déjeuné à midi et que le dîner vient à 19 heures ou plus tard, tu vas avoir besoin d’un goûter!

  16. Barnabé Says:

    Je suis tout à fait d’accord avec ce principe. Pour l’équilibre planétaire (empreinte écologique, etc), la viande ne devrait pas être un aliment quotidien. Sinon, j’ai aussi entendu le principe mangez le plus varié possible. Là, c’est un peu le principe de précaution qui s’applique. En mangeant de tout, on risque moins de miser sur le mauvais aliment qui se révèlera cancérigène dans 10 ans.
    Donc manger varié, le plus naturel possible, et écouter son corps. (ce qui est le plus difficile à faire)
    Sinon, je viens de découvrir ton blog, et je le trouve vraiment très intéressant.

  17. Marie D. Says:

    @ Barnabé: merci de ta visite, ça me fait plaisir que tu sois venue🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s