En Avoir Ou Pas

…des amis, un amoureux, un boulot, de l’argent, des nouvelles fringues, une maison, des idées, des opinions, un blog…

Ma vie sur un plateau février 12, 2008

Filed under: Le Méchant Monde de l'Entreprise — Marie D. @ 8:00

misfortune.jpg

Or donc les amis, je vous avais déjà expliqué qu’au bureau, là où je vais chaque jour afin d’être en mesure de financer mon shopping, je partage un grand bureau avec 4 (parfois 5) autres cadres.

Ou plutôt, je partageais. Car suite à la fermeture d’une division, et à la réaffectation de plusieurs personnes à de nouveaux projets, le bureau que nous occupions a été réquisitionné en raison de sa proximité avec celui de notre directrice générale. Et donc, nous avons procédé à un grand jeu de chaise musicale également appelé réaffectation des bureaux.

Alors d’abord on a passé quelques journées mémorables à entasser le contenu de nos armoires dans des bacs. Pour moi qui suis du genre à garder le maximum dans l’ordinateur et à mettre le moins possible sur papier, et qui de surcroît suis là depuis moins d’un an, cette opération s’est déroulée assez rapidement. Enfin, avec quelques dégâts quand même: deux ongles cassés et 3 vilaines coupures avec des fardes en carton. (Oui, je suis une vraie chochotte). Et comme à cause des règles de sécurité dont je vous passe les détails, on doit porter des pansements bleus (c’est tendance, mais quand-même…), tout le bureau m’a appelé la shtroumpfette pendant 2 jours. Ah ça oui, qu’est-ce qu’on se marre.

Bref, le grand déménagement s’est déroulé vendredi, tôt le matin, de sorte que pour commencer la journée, nous étions directement installés dans nos nouveaux appartements.
Et donc, mes collègues et moi avons été délocalisés vers… un plateau. Enfin, le plateau, on n’en a qu’un. Environ 15 mètres sur 5. Et ben laissez-moi vous dire que la vie de plateau, c’est pas une sinécure.

Je suis installée à une extrémité du plateau, ce qui me permet au moins de profiter de fenêtres. Sauf que j’ai vue directe sur le mur de l’usine. Ca me change de la vue précédente sur les champs et le train. En plus, le soleil tape à fond dans les vitres, ce qui transforme rapidement l’endroit en étuve. On mettrait bien l’air conditionné, mais son usage à été banni par les autres occupantes du plateau, celles qui sont à l’autre extrémité et qui bossent là depuis des années: les secrétaires commerciales.

Vous penseriez que des gens qui sont habitués à bosser sur un plateau ont intégré depuis longtemps l’idée que quand on bosse à 12 dans un espace relativement limité, il faut faire attention à gêner les autres le moins possible.
Et ben non.
Mon plateau, c’est le petit moulin du bonheur. Tout le monde raconte sa vie à voix bien haute, tout le temps. Tout le monde engueule l’imprimante quand elle fait pas ce qu’on lui a demandé (où quand on lui a mal expliqué ce qu’on voulait, à mon avis). Et surtout, tout le monde crie encore plus fort pour parler au téléphone. Et la détentrice du record des décibels, c’est la chèffe des secrétaires, une dame charmante qui détaille ma tenue de la tête aux pieds tous les matins et qui fait marcher sa langue de vipère à mon égard dès qu’elle le peut. Ne me demandez pas pourquoi. Je crois que mon principal crime est d’avoir 25 ans de mois qu’elle. Enfin bref, elle téléphone souvent, longtemps, en criant beaucoup.

Alors là je suis à trois jours de plateau. Je suis en train de me dire que dans ces conditions, je vais être obligée de faire mon boulot durant les pauses café et après que tout le monde soit parti afin de bénéficier d’un peu de silence. Vous allez me dire que c’est pas grave, ça devrait suffire vu ma vitesse de travail légendaire. Quand-même, il y a des moments où j’ai besoin de quelques heures pour arriver au bout de ma to-do list, je vous rassure. Sauf que là, vu le niveau de distraction sonore, peut-être que je vais aussi me mettre à passer des journées entières pour finir des trucs qui pourraient être bouclés en deux heures.

Je ne sais pas si je vais survivre à la première semaine. Si quelqu’un a un guide de survie, je suis preneuse…

* Le dessin ci-dessus, intitulé ‘Misfortune’, vient du blog Indexed, dont l’auteur Jessica Hagy dessine sur de petites fiches les choses de la vie et surtout du travail dans un style un peu mathématique. Je vous invite vivement à aller le visiter, il a vraiment des dessins très drôles.

 

18 Responses to “Ma vie sur un plateau”

  1. annick Says:

    t’as pas le droit à avoir de la musique dans ton pc? c’est ce que je fais pour ne pas devoir me taper radio contact à longueur de journée, je suis branchée à mon pc, à croire que je fonctionne sur câble usb🙂.

    le géant travaille aussi sur un plateau et ils sont quasi tous branchés à leur pc, oups leur mac.

  2. annouchka Says:

    L’open-space est mon pire cauchemar, ça fait 4 ans que je supporte ! Mais sur Paris vu la superficie des bureaux c’est quasi une obligation de tous s’entasser sur une petite superficie. Les problèmes de réglage de chauffage, je connais aussi, tu as ceux qui ont toujours trop froid ou trop chaud si bien que tu passes ta journée au gré des fluctuations de la température ambiante jusqu’à choper la crève. Quant à trouver une solution pour survivre, j’en cherche une aussi, j’ai hâte de lire les autres commentaires ! Comme tu dis, difficile de se concentrer au milieu de ce joyeux bordel, je rêve d’un petit bureau à moi toute seule (je rêve, c’est le cas de le dire…) Allez bon courage pour aujourd’hui !

  3. Silphi Says:

    J’ai l’infini luxe d’avoir un grand bureau pour moi et en connais donc pas les joies de l’open space. Par contre, tu dois pouvoir te visser un IPod sur les oreilles non ?

  4. Londoncam Says:

    J’ai toujours travaillé en openspace, alors ça me connaît ! A Londres, c’était le vrai souk: le téléphone qui sonnait en permanence, les collègues qui écoutent de la musique sur enceintes, qui se racontent des blagues, qui parlent (au téléphone, aux autres)… Il y avait un vrai brouhaha !
    Eh bien, crois le ou pas, mais je m’y suis habituée, même si je trouvais ça fatiguant à la longue.

    Depuis mon retour en France, c’est openspace aussi, mais c’est super calme, et j’apprécie énormément !!

  5. cél Says:

    Et dire qu’aujourd’hui je suis toute seule dans 150 mètres carrés de bureaux, gnark gnark. Ben tu sais quoi, je m’ennuie encore plus🙂
    Courage à toi, tu vaincras et fu… à la secrétaire à la langue de vipère!

  6. Mlle Gima Says:

    Que ce site en plateau ou en open space, y a pas 36 solutions à ce genre de probleme: boule kiess, ou walkman.
    En plus la première fois que tes collègues remarquent ça il suffit de sourire en expliquant que « c’est rien mais avec les bruit que font les autres pintades j’ai besoin de m’isoler pour pouvoir bosser comme il faut »

    Effet populaire garanti :d
    Et avec un peu de chance l’info remonte au n+2 qui viens faire un tour dans la basse court pour prendre la température du problème…

  7. Myrtille Says:

    Tu veux que je te prête un petit bout de mon bureau ?

  8. Marie D. Says:

    @ annick: mais comment tu entends ton téléphone qui sonne ou ton patron assis en face quand il te demande un truc, alors?

    @ annouchka: ah oui ça on nous a déjà dit qu’en été c’est la guerre à l’airco!!

    @ Baudouin: à l’issue de la journée d’aujourd’hui, je suis prête à faire une exception pour la grenade!!

    @ Silphi: je suis jalouuuuuse surtout qu’avant j’ai jamais connu de situation pareille, j’ai souvent eu un bureau pour moi seule, ou alors à deux. L’iPod, j’y songe mais voir ma réponse à Annick: comment entendre ce que j’ai besoin d’entendre??

    @ Londoncam: ah, il y a donc des openspaces calmes, c’est une grande nouvelle!

    @ Cél: surtout qu’elle était déchaînée aujourd’hui, la langue de vipère. Elle a même engueulé ma collègue (qui ne bosse pas avec elle) parce que son portable sonnait et que ça faisait trop de bruit, un comble!

    @ Mlle Gima: l’avantage d’une petite structure, c’est que ma n+2 c’est la DG, et que je sais par où passer pour arriver à ses oreilles (peut-être même que je pourrais y aller directement, en fait). Sinon le coup des pintades me plaît bien, mais j’ose pas dire ce genre de choses…

    @ Myrtille: oh ouiiiii ça serait bien, mais les trajets vont être longs…

  9. Violetine Says:

    L’avantage, c’est que tu vas avoir plein de potins croustillants à nous raconter !😉

  10. Marie D. Says:

    @ Violetine: à mon avis, même pas…

  11. Vedekaa Says:

    Et encore, tu n’as pas la chance d’avoir une collègue qui sent le rat crevé à te piquer le nez dès le matin quand tu lui fais la bise, depuis qu’un autre collègue a eu la bonne idée de dire que ca serait pas mal qu’on se fasse la bise, après tout, comme on bosse ensemble tous les jours, c’est plus sympa que de se serrer la main, non ?
    Toute ma vie dans cette usine, je m’en voudrais de ne pas avoir osé dire non la première fois !
    Car la belle aime la nature. Et donc, n’aime pas le déodorant car « ca provoque des cancers » (perso, je sais pas si ca provoque des cancers, mais ca fait vachement mal, en été), et qui ne s’épile pas le dessous de bras, car après tout, si on a des poils, c’est pas pour rien. Toujours un plaisir quand tu lui pose une question et que la miséreuse lève les bras au ciel en se demandant ou elle a bien pu la mettre cette facture là, dis donc !
    Je passerais sur son côté communiste qui te fait gentiment remarquer lors d’une quête pour un départ par exemple, que tu pourrais donner plus, puisque tu gagnes plus qu’elle, sans même se demander si c’est pas normal que tu gagnes plus qu’elle, vu qu’elle en fout pas une et que pour le peu qu’elle fout, elle arrive aussi à ne pas le faire bien (et qu’en plus vu que tu n’apprécie pas spécialement la personne qui part, ca te fait déjà un peu chier de mettre de la thune !). Silence radio sur les tract syndicaux qui trainent de temps à autre sur son bureau (de toute façon, c’est elle qui finira pas en parler !).
    Face à elle un vieux, à la fois averti sur son taff, mais suffisament proche de la potence pour faire les choses à son rythme et te rabacher à longueur de journée que quand c’était lui qui s’occupait de ça [ce dont tu t’occupes aujourd’hui], on dérivait beaucoup moins que maintenant (charge à toi de comprendre qu’il est en train de dire que tu es incompétent… et d’attendre qu’il te demande comment on fait un croisé sur Excel).
    A ses côtés, la reine du « comment ça j’ai pas fait ce truc ? mais si je t’ai encoyé un mail pour te demander de le faire »… No comments, j’ai déjà envie de taper.

    Dieu merci, cause baisse d’activité continue depuis plusieurs années, nous avons un plateau de… je dirais 120 m² pour… 9 personnes. LUXE ! Descend d’un étage, tu arrives au BE : 50 personnes, pour le même espace. NOT LUXE !!🙂

    Conclusion : Un plateau, c’est un peu comme le village des strouplfs : tu as un chef, un grognon, un con, un abruti et une schtroumpfette.

    Choisit ton role !

  12. Courage! Je compatis sincèrement! J’imagine que le pire dans l’open-space est d’être au carrefour de tous les ragots du bureau. En plus, comment vas-tu t’arranger pour bloguer ouvertement maintenant?

  13. Marie D. Says:

    @ veekaa:c’est un poème, ton service!

    @ eugénie: je ne blogue jamais u bureau, trop peur que l’IT remonte la filière par le réseauè mais j’ai l’immense chance d’être dos à un des rares murs, en fait personne ne peut voir ce que je fais sur le pc (c’est le côté positif du truc)

  14. Ciboulette Says:

    J’ai exactement le même problème que toi. Ca doit faire un mois maintenant qu’on a déménagé, et j’ai toujours autant de mal à m’y habituer. On est neuf sur le même plateau, nous, deux blocs de quatre et le bureau du chef. Et j’ai l’immense chance ** ironique ** de partager mon bloc avec un collègue lunatique qui s’énerve en deux secondes, un autre qui hurle quand il parle et la secrétaire (et son téléphone qui sonne toutes les deux minutes). Depuis, j’emmène donc systématiquement mon Ipod au boulot pour quand je ne tiens vraiment plus et que je n’arrive plusà me concentrer (mon téléphone, je l’entends tout le temps et le chef, il se lève quand il doit me parler ou ma collègue d’en face me fait signe qu’il essaie d’entrer en communciation avec moi🙂. Tu peux toujours essayer… Bon courage !

  15. annick Says:

    je ne mets pas ma musique à fond de balle non plus, je tiens à mes tympans, juste le niveau suffisant pour me couper un peu du bruit qui m’entoure et comme dit ciboulette le téléphone on l’entend très bien et quand quelqu’un veut te parler en général tu le vois et puis tu l’entends aussi. il ne faut pas se rendre sourd non plus😉

  16. chani Says:

    chez nous aussi un seul plateau et dès que le chat est parti les souris dansent:
    entendez: quand le patron n’est pas là, et que donc a priori il devrait faire calme… le plateau devient un poulailler géant, c’est à celle qui crie le plus fort (humpff avec toujouts la meme gagnante).
    ajouter à cela que la gagnante ne m’aime pas (et c’est un euphémisme) et que, pour comble de tout, le tout se passe en flamand quand moi j’essaie de bosser en français…
    courage ma belle, avec un ipod dans les oreilles, on peut y arriver!

  17. Londoncam Says:

    Marie D, effectivement, ça m’a surprise moi même ! Evidemment, il y a un peu plus de passage que dans un bureau individuel, et des conversations de temps en temps, mais dans l’ensemble c’est calme, on entend vaguement le bruit des claviers. Même les sonneries de téléphone sont réglées assez bas, ça fait du bien.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s