En Avoir Ou Pas

…des amis, un amoureux, un boulot, de l’argent, des nouvelles fringues, une maison, des idées, des opinions, un blog…

Mort de fatigue versus mort d’ennui février 7, 2008

Or donc les amis, je suppose que vous savez à peu près tous ce qu’est le burnout. Si vous ne savez pas, je vous l’explique en bref: il s’agit d’une situation d’épuisement professionnel. Les gens qui en souffrent sont irritables, manquent de créativité, mais continuent à en faire toujours plus et sont incapables de s’arrêter, malgré le fait que leur travail les ronge et les vide, et qu’ils aspirent à s’en échapper. Pas très drôle, quoi.

Bon, figurez-vous qu’il existe un phénomène qui se trouve à l’inverse, mais qui est tout aussi difficile à vivre: le boreout. Le boreout, c’est l’ennui à outrance, dont on peut souffrir quand on est en manque de challenge ou qu’on est sous-utilisé. Et s’ennuyer ferme dans un endroit où on est obligé de faire acte de présence 8 heures par jour, ben c’est dur.

Ah oui, je sais que tout le monde a l’air tout le temps débordé, et que les gens préfèreront vous dire qu’ils ont teeeeeellement de travail qu’ils ne savent pas où donner de la tête. N’empêche que d’après une étude scientifique très sérieuse (menée sur 10.000 personnes), 15% des travailleurs seraient sur la voie du boreout. Statistiquement, d’ailleurs, dans un team de 6 personnes, il y en a 2 qui prennent énorménent sur eux et 2 qui sont sous-employés et qui s’emmerdent. Et ça n’est pas étonnant que les gens n’en parlent pas, parce qu’aujourd’hui il est plus facile d’avouer à son patron qu’on est alcoolique que mal utilisé par l’entreprise.

Quand ces personnes se rendent compte que, si elles demandent plus, elles récoltent juste quelques trucs ennuyeux à faire, elles finissent par arrêter de demander et par faire traîner en longeur les choses dont elles se chargent pour avoir l’air occupées. En plus, de nos jours, c’est d’autant plus facile d’avoir l’air absorbé que le web nous fournit de nombreuses occupations.

Comment savoir si on souffre de boreout? Et bien, il faut répondre aux 10 questions ci-dessous, et si vous dites 4x oui, vous êtes sur la mauvaise pente.

  1. Vous occupez-vous de tâches privées au travail? (payer des factures, faire la liste des courses…)
  2. Vous ennuyez-vous ou êtes-vous en manque de challenge?
  3. Faites-vous parfois semblant d’être occupé?
  4. Etes-vous fatigué et irritable après le travail, même si vous n’êtes pas stressé au bureau?
  5. Etes-vous malheureux de votre travail?
  6. Trouvez-vous votre travail insignifiant?
  7. Pourriez-vous faire votre travail plus vite que ce que vous ne faites?
  8. Avez-vous peur de changer de job à cause d’une éventuelle diminution de salaire?
  9. Envoyez-vous des mails privés à des collègues durant le travail?
  10. Etes-vous peu ou pas intéressé par votre travail?

Bon, le souci c’est que je score 6 sur 10.
Ben oui, c’est pas politiquement correct, mais moi, au travail, je m’emmerde beaucoup et je suis bien contente d’apprendre que je suis pas la seule.

Je sais bien que c’est en partie ma faute: si je faisais du push pour avoir plus de responsabilités, il y aurait moyen. Sauf que ça j’en veux pas, parce que je sais pour l’avoir vécu que si je laisse la balance boulot/privé basculer à nouveau côté boulot, ça ne va pas aller. Et puis parce que je tiens beaucoup au temps que j’ai désormais pour moi en dehors, et que je passe entre autre ici, mais aussi à écrire, ou à voir mes amis – ce que je trouve très important.
Mon souci, c’est aussi que je travaille très très vite, mais alors très vite, tous mes patrons l’ont constaté. Parfois ils ont du mal à me suivre parce que je suis en attente de leur feed-back pour pouvoir avancer et ils n’ont pas le temps de s’en occuper (apparemment eux sont plutôt côté burnout). Je suis aussi hyper-organisée, et, comme tous les gens un peu paresseux, j’ai des outils informatiques bien rodés pour faire très vite des choses qui me prendraient des heures autrement. Et hop, encore du temps de gagné.
Bref quand je rentre de 15 jours de congé, je suis remise à jour au bout de la première journée de travail!

Donc oui, je m’ennuie au bureau, alors je culpabilise. Et en même temps je suis très frustrée de ne pas pouvoir utiliser ce temps à des choses plus intéressantes.
Voilà, j’ai fait mon terrible coming-out. Mais au moins, c’est pas ma faute: apparemment c’est une maladie

 

17 Responses to “Mort de fatigue versus mort d’ennui”

  1. annouchka Says:

    Le Boreout, je connais (d’ailleurs j’ai quasi eu 10 sur 10 à ton test…) et c’est pour ça que j’ai changé de job en début d’année ! En fait je me lassais assez vite parce que mon boulot était trop répétitif. Comme tu le dis, quand on on s’ennuie au bureau on est deux fois plus irritable, mais je crois que le pire c’est la perte de confiance en soi (on s’ennuie, on a un job minable, donc on est une merde…). Par contre je suis tout le contraire de toi niveau organisation et je suis beaucoup trop lente à mon goût, j’ai tout le temps l’impression que si je travaille trop vite, je vais faire des conneries !!! Tu pourrais pas nous écrire un billet sur « comment s’organiser dans son travail », ça m’aiderait beaucoup je t’assure🙂

  2. Fressine Says:

    Eh bien figure-toi que moi c’est exactement pareil, ce que tu as écris aujourd’hui je pourrais l’écrire mot pour mot (en plus moi aussi j’ai 6 sur 10 au test) surtout la partie « je bosse tellement vite que je rattrape 15 jours de vacances en une journée. »

    Je croyais qu’en changeant de boîte il y a quelques temps et en travaillant pour plus de personnes ça changerait mais même pas, je m’ennuie un tout petit moins qu’avant mais je me donne d’ici à l’été pour bien m’habituer à la routine de ma nouvelle boîte et me re-faire chier comme un rat mort comme en 40.

    Le pire c’est que je sais très bien que je suis sous-employée à mon poste de sous-fifre depuis tant d’années mais je ne vois vraiment pas vers quoi d’autre je pourrais m’orienter pour changer les choses et je ne suis pas sûre non plus que je ne vais pas de nouveau être bore-out une fois que j’aurais trouvé autre chose plus à mon « niveau ».

    Des fois j’ai l’impression d’être une hyper-active qui s’ignore car à mon ancien poste où je m’ennuyais encore plus que maintenant, he bien ma remplaçante estime qu’elle est débordée et qu’elle a tellement de travail qu’il faudrait carrément deux personnes pour ce poste.

    Alors soit c’est une grosse flemmarde qui abuse, soit je suis aussi hyper-active que le petite Nicolas…..
    Le mystère reste entier !

  3. annick Says:

    comment tu crois que j’arrive à pondre 2 billets par jour? en bossant comme une malade dans mon job? que nenni ma bonne dame, c’est que j’ai du temps à moi pendant les heures de boulot… à partir de la semaine prochaine je devrai faire le travail de ma collègue enceinte en plus et ça ne me prendra pas beaucoup plus de temps que d’habitude… je travaille vite aussi, je suis bien rôdée dans mes tâches. je m’ennuie de temps en temps, mais heureusement qu’il y a le net🙂

  4. Silphi Says:

    Je score 2/10 en fait. Je fais toujours des trucs persos au taf mais je m’éclate bien à côté et ait quelques burst d’activité des fois…

    Bon courage Marie en tout cas, je pense que je le vivrai assez mal aussi. Comment se porte le marché de l’emploi en belgique ?🙂

  5. Baudouin Says:

    – Bon alors, Marie, pour le séminaire du 15 après-midi à Bruxelles, c’est O.K. et… Heu… Je peux savoir pourquoi l’équipe d’emballage fait la file devant ton bur… C’est quoi ce tablier et tout ce pain d’abord ?!

    – On est d’accord pour dire que je travaille vite et bien, chef ?

    – Heu… oui, oui…

    – Et comme ça me laisse du temps libre, je risquerais de faire des trucs non productifs pendant les heures de bureau, comme, par exemple, ouvrir un blog…

    – Un quoi ?

    – Non, rien, rien… Donc je me suis dit que ce serait intéressant d’ouvrir une petite sandwicherie qui utiliserait les produits de la boîte, of course. Pour m’occuper un peu. Le midi.

    – C’est une très mauvaise idée… Tu me remballes ça tout de suite !

    – Je compte faire environ 15% de marge, chef. Et aujourd’hui, aujourd’hui seulement, les crudités sont offerts par la maison !

    – Ah. Dans ce cas… Tu prends les tickets restaurant ?

  6. JS Says:

    J’ai eu le même problème à mon stage… Le problème était que le projet était trop vaste et trop abstrait pour que j’arrive à être motivée de le mener toute seule, donc j’ai avancé sur mon blog à la place !
    J’espère que t’arriveras à avoir plus de responsabilités sympas !

  7. Marie D. Says:

    @ annouchka: j’ai tendance à me dire que je ne suis pas mon job, alors ça ne joue pas trop sur ma confiance en moi mais parfois c’est tellement irritant de s’ennuyer autant…
    pour le cours d’organisation je vais y réfléchir…

    @ Fressine: ma soeur jumelle, dans mes bras! figure-toi que je me suis parfois demandé si un niveau inférieur ne conviendrait pas mieux – si je devais décrocher le téléphone de la réception toute la journée, je serais occupée, non? bon, pas tellement plus stimulée intellectuellement, évidemment, mais occupée quoi. Et effectivement, les gens qui me remplacent sont toujours débordés…
    La totale, là, c’est qu’on prévoit de rajouter des projets à mon département et d’enbeaucher des renforts! Alors que vraiment, je suis pas à capacité maximale, hein…

    @ annick: décidément je ne suis pas toute seule dans le bateau🙂

    @ Silphi: le marché va bien, mais c’est inutile: j’ai connu le problème dans pratiquement tous mes jobs (à part le premier où il y avait vraiment du boulot pour 5 comme moi et où j’étais seule). En plus, tout me convient globalement: bien payé, près de chez moi, presque pas de voyage, pas trop d’heures sups… Alors je dois faire avec.

    @ Baudouin: si on m’avait dit que je serais l’héroïne d’une de tes fictions…🙂 mais pour le réalisme, il faudra passer le tuax de marge à 35 au moins, sinon ça risque pas de marcher!

    @ JS: parfois les trucs abstraits, je trouve ça décourageant aussi. Mais sinon, j’ai déjà des responsabilités, ce n’est pas le problème. La seule solution serait un changement de carrière radical à mon avis, et encore, c’est pas sûr que ça suffise…

  8. La Princesse Says:

    J’ai hésité avant de poster toute la journée. Parce que j’ai eu une journée de merde, ou j’ai du exécuter ( et mon dieu, c’est le mot) des instructions ridicules de supérieurs peu éclairés ( que je suis charitable)

    J’ai eu 7/10 à ton test, et je m’en doutais. Avant j’avais un boulot trépidant que j’aimais bien malgré les difficultés, et suite à des changements dans une équipe, j’ai un boulot ingrat ou je passe ma journée à bétonner mes dossiers, parce que le sport favori d’une manager est d’éreinter le mien. ( et nous avec, cool)

    Et je m’ennuie, je m’ennuie…Et à l’ennui s’ajoute la démotivation.
    Si j’ai décidé il y a deux ans de commencer vraiment à faire des bijoux, c’est que mes neurones étaient si peu stimulés, que j’en désespérais. Alors pourquoi je reste ?

    J’ai des projets immobiliers, de reproduction, peut être en 2008, de voir si mes délires bijouteux auraient une clientèle potentielle…et comme ça, je peux réfléchir tranquillement a mes projets sans craindre les patates en fin de mois.

  9. Marie D. Says:

    @ la Princesse: les patates de fin de mois, c’est ma motivation principale, soyons bien clairs… faudra qu’un jour j’ai un peu les tripes nécessaires pour me lancer dans autre chose.

  10. La Princesse Says:

    J’avoue que ça fait du bien de voir que je suis pas la seule à garder un boulot chiant mais bien payé pour pouvoir mener mes petits projets l’esprit tranquille ! Parce que socialement, c’est pas trop avouable de dire que je suis vraiment une mercenaire^^

  11. Telys Says:

    J’ai lu le billet ce matin et je me sentais pas vraiment concernée puisque pour le moment, je suis dans une formation pour apprendre une partie de mon futur boulot. Même si j’avais 5/10 au test…

    Et puis ce soir j’ai fait un point avec un de mes formateurs sur l’avancement de mon boulot. Il a trouvé ça super, bien réfléchi, bien travaillé, bref j’avais fait du bon travail.
    Sauf que je l’ai fait en une semaine entre une partie de Nintendo DS et un quart d’heure à regarder passer les voitures, alors que si je m’y étais mise vraiment à fond, en à peine deux jours c’était bouclé.
    Bon, mon problème est un peu différent parce que je suis perfectionniste et j’ai pas (encore) confiance en mes capacités professionnelles (c’est mon premier vrai ‘boulot’ quoi) donc je passe pas mal de temps à relire et retravailler ce que je fais. J’ai juste un peu peur qu’une fois en mission quelque part, je m’ennuie toujours:-/

  12. Marie D. Says:

    @ laPrincesse: surtout que bien entendu, tes amis, eux, ils sont débordés de travail et passionnés par leur job (les miens, ils le sont en tous cas)

    @ Telys: à mon avis tu as encore bien le temps de voir, et je te souhaite que ça ne soit pas le cas – sinon, join the club😉

  13. JS Says:

    Ah… il te FAUT le (presque) nouveau Cahier de gribouillages pour les adultes qui veulent tout plaquer par Claude Fay😉 Peut-être que ça te donnera le courage ?

  14. Donc, la grande arnaque de ce siècle, c’est le temps de travail: comme tu l’as dit on en fait tellement plus avec les nouveaux outils informatiques, qu’on n’a pas besoin de rester 8 heures au boulot.

    D’ailleurs la plupart des blogueurs (mis à part les étudiants, les journalistes et les publicitaires payés pour écrire un blog), sont des personnes qui se sentent mal ou sous-employées dans leur travail quotidien. Non, mais, tu en connais beaucoup des personnes qui seraient capables d’enchaîner sur des heures d’écriture de blog après une journée complète au travail?

  15. Vedekaa Says:

    J’aurais assez envie de répondre :
    1. Non, jamais.
    2. Non, et au pire, faut savoir se créer ses propres challenges, afin de montrer qu’on est capable de faire ce qu’on demande de faire (voire plus).
    3.Oui, mais je compte ça comme un non. Je m’explique : juste après les clôtures en fin de mois. pendant 5 jours, tu roules en mode ultra mécanique, sous pression, avec la contrainte du temps et du résultat. Quand ca fini, il faut revenir en mode créatif. J’ai toujours une journée de transition, mais c’est uniquement pour revenir sur la bonne voie.
    4. Jamais ! Toujours la banane, toujours la petite blague qui va bien et qui permet d’amener un peu de gaité dans tout ce stress !
    5. Grand dieu non, sinon, je changerai !
    6. Carrément pas.
    7. On peut toujours faire plus vite, mieux, ca s’appelle l’expérience et la connaissance technique. C’est ce qui permet d’avancer : se dégager du temps en minimisant toutes les taches sans valeur ajotuée ! (mon dieu je parle comme une machine !!!🙂
    8. Non, j’aurais peur de changer de job, plus par peur d’arriver dans une structure qui ne pousse pas à se surpasser, ca ferait une différence tellement grande, je pense que je vivrai ca comme une régression… C’est d’ailleurs ce qui me fait un peu peur pour la suite, pour être honnete.
    9. Non, ou si peu, quand je reçois un truc qui vaut vraiment la peine, je le forward mais c’est tout.
    10. Carrément pas ! J’apprend tous les jours. Pas forcément des grandes révolutions, mais tu sais quand un jour, t’as un déclic et tout à coup, un truc que tu fais depuis assez longtemps prend une nouvelle dimension, tu vois la chose sous un nouvel angle. Tu prends soudainement de la hauteur par rapport à l’exercice. Ca donne des ailes, ca surbooste et t’as qu’une envie, c’est de creuser le truc à la force des doigts jusqu’à passer de l’aute côté de la matrix🙂

    Donc globalement, je sur-kiffe mon taff !

    A noter, je ne suis pas sur que ce soit vraiment mieux que de répondre oui à toutes ces questions. Dans un cas comme dans l’autre, je pense qu’il faut trouver un minimum l’équilibre. Après, peut-être qu’il est plus évident au quotidien de se sentir bien dans sont boulot que d’y aller à reculons. Disons que dans un cas, le décollage est dur, dans l’autre, c’est l’aterrisage qui risque d’etre douloureux..
    En fait c’est juste très compliqué..

  16. Marie D. Says:

    @ Vedekaa: juste très compliqué, c’est un bon résumé🙂

  17. […] y a quelque semaines je vous parlais de l’ennui au travail. Cela a inspiré à Vedekaa, qui avait commenté mon article, un nouveau post intitulé Et après […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s