En Avoir Ou Pas

…des amis, un amoureux, un boulot, de l’argent, des nouvelles fringues, une maison, des idées, des opinions, un blog…

Blog Day août 31, 2007

Filed under: Ailleurs sur le web mondial — Marie D. @ 6:15

C’est aujourd’hui que les blogeurs du monde entier postent sur leur site les liens vers 5 blogs qu’ils souhaitent faire découvrir, en particulier des blogs issus d’une autre culture.
Personnellement, je suis depuis de nombreuses années modératrice de forums sur un site américain destiné aux femmes, ce qui m’amène à régulièrement être en contact avec de très chouettes blogs américains. Je profite donc de cette journée pour vous les faire découvrir!

Keep up With Me: est le life blog de Zandria (oui c’est son vrai prénom) qui vit et travaille à Washington DC et écrit pour le site BlogHer (une communauté de femmes blogeuses) que je vous conseille également. Zan est vraiment adorable et elle écrit très bien sur sa vie de tous les jours.

No Pasa Nada: est un autre life blog d’une autre rédactrice de BlogHer, Heater B. Heather est jeune, elle aime faire la fête et boire plus que de raison, elle jure comme un charretier mais elle écrit vraiment bien, et parfois elle soulève des questions existentielles sur un ton beaucoup plus sérieux.

Sassymonkey reads: encore une autre rédactrice BlogHer (ok, j’arrête après celle-ci), Canadienne cette fois. Elle consacre ce blog à ses lectures mais elle a un autre blog sur sa vie de tout le jours, pour lequelle elle utilise le même design que moi, c’est comme ça qu’on a fait connaissance 🙂

A job in hell: si vous croyez que votre vie professionnelle, allez donc faire un tour de ce côté, vous verrez que certaines personnes bossent vraiment en enfer! La seule chose que je ne comprends pas, c’est pourquoi garder un tel job…

Timeless Photos: une autre modératrice de la communauté dont je fais partie, Lisa, a ouvert ce blog récemment. La photographie est son passe-temps mais elle commence à en faire son travail, et je trouve qu’elle a beaucoup de talents. Elle a aussi 4 enfants magnifiques qui lui servent régulièrement de modèle!

J’espère que vous découvrirez ces blogs avec autant de plaisir que je n’en ai à les lire chaque jour!

Publicités
 

Friday Five

Filed under: Copinons un peu — Marie D. @ 7:24

Ah, on est enfin vendredi! Y a pas à dire, c’est un plaisir sans cesse renouvelé de voir arriver le week-end!

Voici donc notre Friday Five de cette semaine. Vous avez 2 minutes pour quitter votre maison et vous ne savez pas si vous reviendrez, quels sont les 5 choses que vous emportez et pourquoi?
Oui je sais c’est un peu sinistre comme question… mais ça va vous obliger à réfléchir un peu avant de sombrer dans le week-end 😉

Personnellement, j’essaierais d’attraper au vol:

  1. Mon MacBook. En plus il y a mes photos et ma musique dedans.
  2. Mon sac, pour avoir mes papiers, mon téléphone et mon iPod qui sont toujours dedans aussi. (mais non je ne triche pas!)
  3. Mon ours en peluche, je sais c’est con mais c’est pour les souvenirs.
  4. Les clés de la voiture!
  5. Ma boîte à bijoux, plus pour la valeur sentimentale qu’autre chose.

En fait plus ça va plus je me rends compte qu’il y a peu de choses qui ne soient pas remplaçables, mais je tiens beaucoup à celles qui ne le sont pas!

Alors, vous emportez quoi?

 

Moi Lolitaaaaaaaa août 30, 2007

Filed under: Je lis/J'écoute — Marie D. @ 8:39

Bon les amis jusqu’ici je ne vous ai pas trop imposé mes goûts musicaux, surtout s’ils étaient douteux mais là il faut que je prévienne tout le monde que la reprise de « Moi Lolita » par Julien Doré la Nouvelle Star est dispo sur iTunes, et que je l’ai achetée parce que on a beau dire, c’est le truc le plus sexy que j’ai entendu depuis longtemps. Dire que c’est un gamin… 😉

Allez zou, je vous mets l’officielle et la live originale, parce que c’est pas exactement pareil:

 

La jeunesse est un défaut… Mais le défaut de l’âge, c’est de voir les défauts de la jeunesse.

*Thomas Bernhard

Avertissement: je prie instamment les lecteurs nés après 1980 de ne pas me tenir rigeur pour ce qui va suivre.

Or donc ce matin j’avais une réunion d’une importance capitale avec une agence de relation publique nouvellement sélectionnée par mon boss et moi pour nous assister dans le lancement du truc le plus novateur que Trucmuche ait jamais produit. (C’est pas du barratin: révolution alimentaire, méthode brevetée, produit unique etc…)

J’attendais à cette réunion une des Managing Partner de l’agence en question, qui est aussi consultante senior, et deux consultantes junior. On devait mettre sur pied notre plan de guerre qui fera que chez Trucmuche on sera tous riches et riches dans 6 mois (on peut rêver).
Ne voilà-t-il pas que la senior consultante est retenue ailleurs par une urgence, et que les deux junior consultantes viennent seules au rendez-vous…

Honte à moi mais j’ai passé les 10 premières minutes de la réunion à râler intérieurement sur le fait que j’étais obligée de discuter de mon plan crucial pour la survie du monde (hum) avec deux gamines. Le mot est lâché. Faut croire que depuis que j’ai trente ans, et 20% de cheveux gris (au secours) j’ai du prendre un coup de vieux dans la tête.

Après je vous rassure, je me suis un peu calmée, les demoiselles avaient quelques défauts de débutantes (on ne coupe pas la parole au client quand il parle, les filles!) mais elles connaissent quand-même bien leur boulot. Et surtout je me suis souvenue qu’il n’y a pas si longtemps j’étais dans la même situation. A 25 ans, je gèrais des centaines de milliers d’euro et une équipe de plusieurs personnes. Ca me rendait dingue qu’on profite de mon âge pour me sous-payer, qu’on me regarde comme une jeune idiote incompétente, ou summum, qu’on me demande si je suis bien la secretaire de Mr D. (Ceux qui ont commis cette erreur avaient du mal à revenir dans mes bonnes grâces, je vous le dis).

Donc je fais mon mea culpa, et je vais faire de mon mieux pour collaborer avec ces jeunettes sans lever les yeux au ciel d’exaspération toutes les cinq minutes.
Est-ce que je vais aller en enfer?

PS: rien à voir, mais demain c’est vendredi… donc Friday Five!

 

On n’éprouve jamais que deux émotions en avion : l’ennui et la peur.

*Orson Welles

Vu le nombre de vues invraissemblable suscité par ce post, il faut d’abord que je commence par faire un update sur la petite jupe en velours du vépécéiste chouchou:  après lavage elle a nettement meilleure allure. On ve peut-être arriver à en faire quelque chose, de cet ensemble marabouté.

Bon à part ça, ce mercredi était une journée importante dans ma carrière de cadrette. Il faut que je vous explique qu’il y a quelques semaines, on m’a confié la délicate mission de trouver de nouveaux produits que Trucmuche pourrait lancer sur le marché avec 300% de chances de succès dans les 3 prochaines années. Mouais. J’entends déjà les commentaires admiratifs « ouah c’est trop génial ton boulot! » ou sarcastiques « pfff, trop facile, t’es payée pour ça? » de ceux qui ne connaissent pas l’enfer du marketing agroalimentaire. Je peux vous dire que cette partie du job n’est vraiment pas celle que je préfère. Je préfère cent fois faire connaître un produit bien existant que de devoir trouver une idée et passer des mois à faire des scnénarii financiers ou harceler les responsables d’usine pour voir si l’idée en question a la moindre chance d’aboutir. En clair, je ferais sans doute un meilleur chargé de com’ que chef produit mais bon, quand on est dans le pédalo, il faut ramer.

Or donc aujourd’hui je devais présenter à ma présidente-générale-adorée et à la direction commerciale le fruit de mes réflexions. Et ben les amis, j’ai assuré un max, je suis pas peu fière de le dire. Non pas que j’ai trouvé de produit révolutionnaire, tout juste quelques « bonnes » idées, mais je dois vous dire qu’en présentation, je déchire trop. I am the king of the divan queen of powerpoint. Comme je ne suis là que depuis quelques mois, on ne m’avait pas encore vue à l’oeuvre, j’ai émerveillé la foule en liesse et récolté les compliments de madame présidente-générale-adorée.
La contre-partie c’est que maintenant j’en ai pour des jours à avancer sur le développement de mes idées moyennes que j’avais si bien enrobées…

Vous pensez que c’est pas mal pour une journée? Attendez voir. Vu mon petit succès, mes patrons ont l’air de vouloir investir dans ma formation. Or donc ils m’ont proposé, puisque je vais quand-même jusqu’en Finlande pour une réunion à la maison mère en octobre, que je passe deux jours de plus sur place pour « rencontrer les gens » et visiter des usines.
Alors il faut que je vous dise 2 choses: 1/ Helsinki c’est pas à côté et 2/ j’ai horreur de l’avion.

Comme je déteste ça, je ne le prends que quand j’y suis professionnellement forcée, et surtout je m’arrange toujours pour  trouver des jobs qui ne requièrent qu’un minimum de déplacement voire même pas du tout.
La réunion d’octobre est prévue de longue date, j’en avais fait mon deuil en me disant que je prendrais le vol avec mes collègues et qu’en bande, ça passerait super vite. Sauf que là maintenant, il faut que je parte un jour plus tôt et que je revienne un jour plus tard. Toute Seule.

Vous croyez qu’on a atteint le summum? Que nenni. Je souris bravement à mon boss qui m’expose ce petit programme, et puis je demande, intriguée, s’il y a tant d’usines que ça à visiter à proximité d’Helsinki. Et lui mort de rire me dit que non,  les usines sont beaucoup plus loin dans le pays, et qu’il faut prendre un vol intérieur pour y aller. (gloups). D’ailleurs, dit-il, c’est super marrant, ce sont de tout petits avions qui volent à basse altitude, ce qui fait que ça secoue vachement.

Répondez-moi franchement: est-ce qu’il ne vaudrait pas mieux que je démissione tout de suite?

 

On n’éprouve jamais que deux émotions en avion : l’ennui et la peur.

*Orson Welles

Vu le nombre de vues invraissemblable suscité par ce post, il faut d’abord que je commence par faire un update sur la petite jupe en velours du vépécéiste chouchou:  après lavage elle a nettement meilleure allure. On ve peut-être arriver à en faire quelque chose, de cet ensemble marabouté.

Bon à part ça, ce mercredi était une journée importante dans ma carrière de cadrette. Il faut que je vous explique qu’il y a quelques semaines, on m’a confié la délicate mission de trouver de nouveaux produits que Trucmuche pourrait lancer sur le marché avec 300% de chances de succès dans les 3 prochaines années. Mouais. J’entends déjà les commentaires admiratifs « ouah c’est trop génial ton boulot! » ou sarcastiques « pfff, trop facile, t’es payée pour ça? » de ceux qui ne connaissent pas l’enfer du marketing agroalimentaire. Je peux vous dire que cette partie du job n’est vraiment pas celle que je préfère. Je préfère cent fois faire connaître un produit bien existant que de devoir trouver une idée et passer des mois à faire des scnénarii financiers ou harceler les responsables d’usine pour voir si l’idée en question a la moindre chance d’aboutir. En clair, je ferais sans doute un meilleur chargé de com’ que chef produit mais bon, quand on est dans le pédalo, il faut ramer.

Or donc aujourd’hui je devais présenter à ma présidente-générale-adorée et à la direction commerciale le fruit de mes réflexions. Et ben les amis, j’ai assuré un max, je suis pas peu fière de le dire. Non pas que j’ai trouvé de produit révolutionnaire, tout juste quelques « bonnes » idées, mais je dois vous dire qu’en présentation, je déchire trop. I am the king of the divan queen of powerpoint. Comme je ne suis là que depuis quelques mois, on ne m’avait pas encore vue à l’oeuvre, j’ai émerveillé la foule en liesse et récolté les compliments de madame présidente-générale-adorée.
La contre-partie c’est que maintenant j’en ai pour des jours à avancer sur le développement de mes idées moyennes que j’avais si bien enrobées…

Vous pensez que c’est pas mal pour une journée? Attendez voir. Vu mon petit succès, mes patrons ont l’air de vouloir investir dans ma formation. Or donc ils m’ont proposé, puisque je vais quand-même jusqu’en Finlande pour une réunion à la maison mère en octobre, que je passe deux jours de plus sur place pour « rencontrer les gens » et visiter des usines.
Alors il faut que je vous dise 2 choses: 1/ Helsinki c’est pas à côté et 2/ j’ai horreur de l’avion.

Comme je déteste ça, je ne le prends que quand j’y suis professionnellement forcée, et surtout je m’arrange toujours pour  trouver des jobs qui ne requièrent qu’un minimum de déplacement voire même pas du tout.
La réunion d’octobre est prévue de longue date, j’en avais fait mon deuil en me disant que je prendrais le vol avec mes collègues et qu’en bande, ça passerait super vite. Sauf que là maintenant, il faut que je parte un jour plus tôt et que je revienne un jour plus tard. Toute Seule.

Vous croyez qu’on a atteint le summum? Que nenni. Je souris bravement à mon boss qui m’expose ce petit programme, et puis je demande, intriguée, s’il y a tant d’usines que ça à visiter à proximité d’Helsinki. Et lui mort de rire me dit que non,  les usines sont beaucoup plus loin dans le pays, et qu’il faut prendre un vol intérieur pour y aller. (gloups). D’ailleurs, dit-il, c’est super marrant, ce sont de tout petits avions qui volent à basse altitude, ce qui fait que ça secoue vachement.

Répondez-moi franchement: est-ce qu’il ne vaudrait pas mieux que je démissione tout de suite?

 

Hâtons-nous de succomber à la tentation, avant qu’elle ne s’éloigne. août 29, 2007

Filed under: Trucs de filles/J'ai testé pour vous — Marie D. @ 7:38
*Epicure

Or donc, s’il est une chose aussi certaine et immuable dans la vie que les impôts et la mort, c’est la rentrée.

(Et pan, je viens de plomber l’ambiance. Accrochez-vous quelques lignes, ça va s’alléger, vous allez voir)

Et avec la rentrée revient toujours un autre phénomène immuable: les catalogues automne-hiver des vépécéistes.
Pour ceux qui n’auraient pas compris de quoi il retourne, je parle de ces firmes spécialisées dans la vente par correspondance de fringues sur catalogue, et imanquablement situées du côté de Roubaix.

La vente par correspondance, c’est une des grandes réussites du marketing (avec l’eau en bouteille). Plus encore quand elle se fait par le biais du télé-achat, mais même sur papier c’est déjà une prouesse. On arrive à vous faire saliver sur des fringues que vous n’avez pas eu l’occasion de toucher ou voir de près, et qui fondamentalement ne changent pas tellement d’une année à l’autre – contrairement à ce qu’on nous raconte.

Et évidemment, sur moi ça marche à fond. Voyez plutôt: j’ai reçu mes catalogues fin juillet (un privilège réservé à la Belgique, peut-être? Ou alors c’est parce que l’hiver a commencé le 10 août cette année?) et j’ai imancablement passé une commande dans la semaine qui a suivi. Il y avait un petit ensemble qui me faisait de l’oeil, j’arrivais déjà à voir comment j’allais être belle et sophistiquée en portant ça à la rentrée pour aller au bureau.
C’est ici que les roubaisiens m’empoignèrent.
L’ensemble était composé d’une jupe en velours cautelé beige, d’un top noir avec dentelle sur les bord, et d’un petit pul mauve à manches courtes « princesse ». (Clairement, c’est pas pour l’hiver polaire mais bon, pour l’automne ça ira). Premier souci dès la commande: le pull est déjà en rupture de stock dans ma taille (42), il faudra attendre 3 semaines. OK. Le top et la jupe arrivent 3 jours plus tard (oui il faut dire ce qui est, ils sont efficaces quand le produit est disponible). Second souci: absolument toutes mes jupes sont en 38, mais là le 38 est trop petit. (NB: oui je porte du 38 en bas et du 42 en haut, et alors? Ca veut dire que j’ai des rondeurs où il faut, non?). Donc je renvoie la jupe pour échange. Je ne suis donc encore qu’en possession du top.
Troisième souci: au bout de plusieurs semaines, le petit pull arrive enfin! Une étiquette m’avertit que, pour m’offrir un meilleur produit, on m’envoie le modèle fabriqué dans une matière différente. Jugez donc: 100% acrylique au lieu de acrilique+laine+mohair comme prévu. C’est vraiment tout bénef pour moi, non? On me propose de le renvoyer si je n’apprécie pas, mais si je le renvoie, avec quoi vais-je porter le top que j’ai déjà et la jupe qui doit arriver??
Quatrième souci: la jupe taille 40 arrive enfin. Mais elle a été repassée sur l’endroit à l’emballage, et sur l’avant, le velours cautelé porte les traces des formes de la poche arrière. Ca, c’était il y a quelques jours, et je projette de laver la jupette pour voir si les traces partent, mais sans trop d’espoir.

Evidemment, je dois garder la jupe, sinon je ne sais pas avec quoi porter le top et le fantastique pull en acrylique, et ça c’est trop dommage!! Arrrrgh!

Bref, je peste, je râle, je jure qu’on ne m’y reprendra plus… Et là que se passe-t-il: les génies du marketing rentrent à nouveau en action!

Je reçois un autre mini catalogue du même vépécéiste: le catalogue du genre « élégance intemporelle« . Toutes les nanas dans ce catalogue ont 25 ans, mais elles sont fagotées comme si elles en avaient 45. Les photos sont prises dans le désert alors qu’elles portent toutes des manteaux en cashmire ou des parka remplis de plumes de poussinets des Pyrénées. Mais, ô bonheur, on me promet que si je commande dans ce catalogue, je recevrai un set de bagages genre grand sac à main pour mettre mes dossiers + sac de week-end. Rooooh… je le veux!!! C’est vrai quoi, ça fera vraiment pro un set de bagages assortis pour tous mes déplacements professionnels des prochains mois! Et me voilà en train de fantasmer sur mon image de business girl, en feuilletant frénétiquement le catalogue pour trouver un truc à commander qui soit portable mais pas ruineux (car dans cette gamme, on vise les dadames qui ont des sous).

J’ai la main sur le téléphone pour commander un pull, quand j’ai une révélation: ces fringues sont celles des nanas d’Amour-Gloire et Beauté. Si je les commande je vais ressembler à Brooke Logan-Forrester-Forrester-Chambers-
Forrester-Forrester-Jones-Forrester-Forrester-Forrester-Marone (si si si j’ai vérifié, elle a épousé plusieurs fois le père et les 2 fils Forrester, plus quelques étrangers égarés. Combien de fois a-t-on le droit de promettre « jusque la mort nous sépare » au juste?? Bon je m’égare.) Bref les femmes de ce feuilleton on toutes le même couturier (ou vépécéiste français) et elles sont toutes habillées pareil depuis 20 ans. Là tout de suite, je suis moins sûre d’être intemporellement élégante avec ces fringues.

Donc j’ai résisté jusqu’ici, mais là je pense vachement à mon set de bagage que je regretterai toute ma vie. En plus il me faut une parka en plumettes de poussinet des Pyrénées.
Quelqu’un connaît un bon programme de désintox??? Ca urge!!