En Avoir Ou Pas

…des amis, un amoureux, un boulot, de l’argent, des nouvelles fringues, une maison, des idées, des opinions, un blog…

Sors de mon corps, Super Mario! juillet 31, 2007

Filed under: Je suis une fille mais je suis une geek — Marie D. @ 5:36

Bons, gens du monde mondial de l’internet, je suis prise d’une envie frénétique et irrésistible de… m’acheter une console de jeux!

Quand j’étais petite, on jouait sur le Commodore 64 de papa. On avait des tonnes de jeux qu’on s’échangeait avec mes cousins, de la course de voitures au flipper en passant par les jeux de plate-forme.
Puis mon frangin a reçu une console pour son anniversaire. Une sega. J’ai jamais eu le droit d’y toucher, on a toujours fait des difficultés pour se prêter nos trucs… J’avais toujours l’ordinateur mais j’étais quand-même frustrée.

J’ai donc jamais eu de console, je suis passée directement à la case PC quand j’ai eu 16 ans et c’était pas forcément pour jouer.
Quelques années plus tard j’ai découvert les SIMS et là j’ai quand-même passé pas mal de temps à m’amuser après le boulot.

Mais depuis 4 ans je n’ai plus de PC – ben non, j’ai un MAC, et un portable en plus, pas le genre de machine sur laquelle on joue. Le seul truc que j’ai installé sur le mac est une espèce de copie de Tetris sur laquelle j’ai déjà passé des dizaines d’heures.
Et ça a dû réveiller le monstre en moi…

Donc je songe très très fortement à m’offrir une console, en particulier une DS rose. Ben oui, c’est geek mais c’est toujours un truc de fille; ça tiendra dans mon sac à mains, ça m’accompagnera partout. Je pourrai rejouer au Sims, et peut-être même découvrir les jeux « Harry Potter ». Et surtout j’aimerais retrouver les jeux de mon enfance, ceux dans lesquels on avançait à travers d’interminables niveaux en sautant dans tous les sens pour attraper des pièces d’or.

Vous avez un jeu à me recommander? Ou un avis sur la console?

 

Un petit trip en Suède

Filed under: Fièvre acheteuse — Marie D. @ 5:35

Nan, nan, je ne suis pas partie en vacances dans le grand Nord. J’ai fait une petite expédition chez IKEA, le géant du meuble et l’ennemi l’ami de mon portefeuille.
Objectif: ramener des meubles pour la pièce qui est censée me servir de bureau, et qui jusqu’à présent ne contient que des tas de cartons pas déballés après mon déménagement il y a 8 mois. Et pour cause: il faut bien les vider dans quelques choses, ces cartons, et moi j’ai plus de place dans les meubles existants. D’où le trip chez Ikea.
(NB: je me demande dans quoi se trouvaient tous ces trucs AVANT mon déménagement en fait… me rappelle pas).
Donc j’ai craqué sur:
une bibliothèque; à l’allure où je lis il faudra pas attendre la fin de l’année avant qu’elle soit pleine
une commode: parce que les cables USB, et autres objets en tout genre ont besoin de tiroirs pour s’installer
une table de salon: oui je sais ça n’a rien à voir avec mon bureau, mais quand même c’était nécessaire, la table d’appoint à 9€ utilisée ces dernières années a donné tout ce qu’elle pouvait

Et grâce aux copines qui m’ont offert de généreux chèques cadeaux pour mon anniversaire, ça ne m’a pas coûté grand chose 🙂

Et vous, vous craquez pour quoi chez le géant du mobilier suédois??

 

5 petites folies

Filed under: Ma vie en technicolor — Marie D. @ 5:07

Une « patate chaude » qui circule ces jours-ci dans la blogosphère… parlez de 5 folies douces qui vous habitent. Comme parfois dans la vie il faut regarder la situation en face, même si elle n’est pas relauisante, je m’y colle:

1/ J’aime pas qu’on touche ma nourriture :  faut vous dire que pour avoir travaillé quelques années en pharmacie, et désormais dans une usine agro-alimentaire avec environnement « haute hygiène », je suis plus que bien informée que 90% des virus s’attrappent par les mains (ça vous en bouche un coin, ça!)  Et quand on y regarde bien, croyez-moi, les gens ne passent pas leur temps à se laver les pattes, hein. La boulangère, elle vous sert les croissants avec ses petites mains pleines de doigts, et puis elle prend votre argent tout sale avec les mêmes mains, et puis elle sert le suivant, non?
Donc je ne veux pas qu’on touche ma bouffe, un point c’est tout. Et c’est parfois difficile.

2/ Je me lave beaucoup les mains: voir point un. Pas 200 fois par jour, hein. Mais certainement avant de manger en tous cas!

3/ J’aime pas les produits de nettoyage: toute cette chimie et ce mélange de trucs potentiellement toxiques, ça me stresse. Quand je fais les courses, je les emballe toujours à part, je ne veux pas qu’ils s’approchent de ma nourriture. (Mais oui, bien sûr que je sais que les flacons sont fermés hermétiquement!)

4/ Je suis un peu claustrophobe: à une époque j’aurai monté 8 étages à pieds plutôt que de prendre l’ascenceur. Maintenant ma paresse à pris le dessus. Mais j’ai toujours un peu peur de rester enfermée dans les toilettes…

5/ Je me lave les cheveux tous les jours, si je passe mon tour une fois j’ai l’impression d’avoir la tête couverte de bestioles et je passe la journée à me gratter.

Et vous c’est quoi vos petites folies?

 

Opération grand nettoyage juillet 30, 2007

Filed under: Ma vie en technicolor — Marie D. @ 12:14

Je ne sais pas si c’est une qualité ou un défaut, mais j’aime pas jeter des trucs. Bon, j’arrive à être raisonnable – quand j’étais gamine je ne pouvais même pas jeter un ticket de cinéma sans avoir pesé le pour et le contre pendant des heures – mais quand même je garde des tas de trucs dont je n’ai pas vraiment besoin.

Au cas où. Parce qu’un jour peut-être j’en aurai envie de nouveau et je regretterai de ne pas les avoir conservés…

Bref, si je me laissais aller, un appart de 300m2 ne suffirait pas à contenir tout mon bazar, et il est bien évident que je n’ai pas les moyens de m’offrir une résidence aussi grande. Pas même la moitié de cet espace, en fait.

Donc, de temps en temps il faut faire de la place. Et là, cet aprèm, c’est décidé, je fais de la place dans un endroit stratégique: la garde-robe.
Vu que j’ai déjà commencé à lorgner sur les fringues des collections automne fraîchement arrivées dans mes boutiques préférées, il faut que je fasse des coupes sombres pour pouvoir récupérer de la place. (Non, acheter une seconde garde-robe 4 portes n’est pas une option).

Donc exit les vestes de tailleur que je ne porte jamais, les trucs reçus en cadeau et jamais mis parce que pas du tout mon genre, les t-shirts de la période pré-weight watchers (ça fait 2 ans maintenant, il y a pas de raison que je reprenne 3 tailles tout à coup), et la robe verte que j’ai acheté avec ma meilleure amie quand on avait 15 ans même qu’elle avait acheté la même en bleu. On est bien d’accord je ne la remettrai JAMAIS. Dailleurs tout ce qui n’a pas été porté une fois au moins durant l’année écoulée va valser dehors.

Allez, j’y vais.

PS: si dans 3 ou 6 mois vous m’entendez me lamenter sur un vieux pull que j’aurais pas du balancer, rappelez-moi de relire ce post…

Et vous, vous conservez ou vous jetez/donnez/revendez ?

EDIT de 16h55

Opération terminée, j’ai vidé exactement une penderie et demi sur trois (ça fait tout de suite 50%!) et pas mal réorganisé les planches aussi. J’ai notamment sacrifié environ 537 t-shirts mais il m’en reste encore au moins 1214 alors ça ira…
A présent c’est la panique, parce que:
– la majorité des trucs que j’ai balancés sont des vêtements d’hiver
– j’ai plus de tailleur; plus un seul! Faut dire que ces deux dernières années j’en ai pas vraiment eu besoin mais là dans mon nouveau job ça va s’avérer nécessaire donc il va falloir investir
– j’ai dû sacrifier les 2 pièces les plus chères de ma collection because 3 tailles trop grandes: un ensemble jupe+veste acheté pour le mariage de mon cousin, et un tailleur pantalon mayerline très chic offert par ma tatie (qui me trouve mal habillée et qui essaie de relever le niveau, sauf qu’elle oublie qu’on n’a pas le même âge) et qui coûtait un rein.
– tous mes pantalons sont en ruine, parce que j’achète que des pantalons bon marché; il faut que je change mon fusil d’épaule et que j’investisse dans du solide, ce qui veut dire vendre un autre rein…

Moi qui pensais que je serais soulagée après…

 

Des livres pour le mois d’août. juillet 28, 2007

Filed under: Je lis/J'écoute — Marie D. @ 11:30

Je n’ai pas encore eu l’occasion de m’étaler sur le sujet, mais je suis un vrai rat de bibliothèque. J’aime les livres. Et pas seulement pour leur contenu: j’aime acheter des livres pour l’odeur de l’encre, la douceur du papier, l’effet qu’ils font dans ma bibliothèque. Enfin, je devrais dire mes bibliothèques, parce que des livres, j’en ai des quantités astronomiques. Et à moins de les avoir totalement détestés, voire même pas finis, ce qui arrive rarement je dois dire, je suis incapable de me séparer de mes livres. Les bouquinistes ne me voient jamais.

Bref, comme ces jours-ci tout le monde y va de sa petite liste de recommendations pour l’été, je ne vois pas pourquoi je me priverais d’en faire autant (c’est mon blog, non mais), d’autant que j’ai de la matière…

En vrac, je vous recommande:

Samantha, Bonne à rien faire de Sophie Kinsella.
Encore de la chick lit, vous allez me dire. Oui mais sauf que… Sophie Kinsella, c’est un vrai auteur, avec un vrai talent, et beaucoup d’humour. On ne peut pas en dire autant de toutes celles qui écrivent dans le même genre.
Donc ne loupez pas ce roman léger, drôle et bien écrit. Samantha est une brillante avocate qui travaille 32 heures par jour, jusqu’au moment où elle fait une bourde monumentale qui coûte des millions à un client. Fuyant son bureau, elle se retrouve à la suite d’un quiproquo engagée comme bonne à tout faire. Mais Samantha ne sait même pas faire fonctionner le micro-ondes…

Les yeux jaunes des crocodiles Katherine Pancol.
C’est l’histoire d’une femme un peu effacée, qui a du mal à joindre les deux bouts et à élever toute seule ses enfants depuis que son mari s’est fait la malle avec une jeunette pour aller élever des crocos au fin fond de la jungle. Notre héroïne a une soeur qui n’a pas besoin de travailler puisqu’elle a un mari riche, mais qui se vante pour se rendre intéressante en société d’avoir écrit un roman… qu’elle demande ensuite à sa soeur d’écrire contre de l’argent.
Je ne connais pas bien Katherine Pancol, je n’ai pas lu ses autres romans, mais j’ai beaucoup aimé celui-ci parce que les personnages sont attachants et que c’est très bien écrit. (oui je sais, j’ai l’air de dire ça de tout le monde mais vous n’avez pas idée du nombre d’auteurs que je trouve franchement mauvais et que par conséquent vous ne verrez pas ici)

La Souris BleueKate Atkinson
Un détective privé plus humain et moins cliché que la moyenne, chargé d’éclaircir une affaire de disparition d’enfant vieille de plusieurs décennies. Je ne suis pas du tout branchée polar, mais Kate Atkinson, c’est autre chose, peut-être parce que c’est une femme et qu’elle aborde différemment les choses. Le côté décorticage de la nature humaine est plus présent que le côté enquête, et ça rend le roman très poignant.

Si vous préférez quelque chose de plus léger, ne faites malgré tout pas l’impasse sur Kate Atkinson. Optez par exemple pour son ouvrage de nouvelles C’est pas la fin du monde; les sujets ne sont pas toujours évident mais il y a beaucoup d’humour, notamment avec des allusions récurrentes à Buffy contre les vampires.

L’affaire Jane EyreJasper Fforde suivi de Délivrez-moi et Dans les replis du temps.
Si vous aimez le premier, vous pourrez continuer. Un quatrième tome est déjà paru en Anglais et devra sans doute suivre.
Vous suivrez ainsi les aventures de Thursday Next (Mardi Prochain), officier de la police littéraire. Le monde de Jasper Fforde est un monde parallèle dans lequel les personnages de fiction ont une vie à part entière, les fans de Shakespeare sont pratiquement un groupe religieux, on voyage dans le temps et dans la littérature… C’est complètement dépaysant! Un bémol peut-être, pour ceux qui n’ont pas particuièrement étudié la littérature classique brittanique, il est parfois difficile de savoir à quoi on fait référence. Mais wikipedia pourra vous dépanner.

Au bonheur des ogres Daniel Pennac
Les aventures de Benjamin Malaussène, bouc émissaire professionnel, qui est donc souvent obligé de mener l’enquête pour prouver qu’il n’y est pour rien quand on lui met sur le dos l’un ou l’autre crime crapuleux. En plus Malaussène est chef de famille puisque sa mère n’arrête pas de disparaître mais revient à intervalles réguliers avec un moufflet supplémentaire dans les bras.
D’autres volumes tout aussi drôles ont suivi, régalez-vous.

Et pour ceux qui lisent en Anglais, ne loupez pas…

The Time Traveller’s Wife Audrey Niffenegger
Henry voyage dans le temps, à cause d’une particularité génétique. Il ne contrôle pas ses voyages ni l’endroit ou le moment où il va arriver. Ainsi il rencontre sa femme Claire alors qu’elle n’a que six ans.
Une des meilleures histoires d’amour que j’ai lues, la fin risque même de vous arracher quelques larmes. On annonce une adapation cinéma pour l’année prochaine mais si vous pouvez, lisez le livre, c’est vraiment fantastique.

Extremely loud, incredibly closeJonathan Safran Foer
Bon en fait il a été traduit en Français aussi, mais un roman sur New-York post 11 septembre, c’est quand-même mieux en VO je trouve. C’est l’histoire d’un petit garçon, Oskar, dont le père est mort dans les tours, et qui doit reprendre le cours de sa vie. Après avoir trouvé une clé qui appartenait à son père, il se lance dans une quête de la vérité à travers New-York, pour essayer de comprendre ce qui est arrivé. En même temps, le passé de sa grand-mère, rescapée des bombardements de l’Allemagne en guerre, ressurgit de manière inattendue.
Un chef d’oeuvre.

Et vous, vous lisez quoi cet été?

 

Deux fois 15 juillet 27, 2007

Filed under: Ma vie en technicolor — Marie D. @ 9:58

Ce vendredi, j’ai trente ans. Ca ne change pas grand chose, si ce n’est les cheveux blancs dont on a déjà parlé ici.
Mais quand-même, ça fait réfléchir.
J’ai l’impression qu’hier encore j’avais quinze ans, et pourtant je peux parler d’il y a quinze ans en évoquant des souvenirs qui ne sont pas ceux d’une enfant.

Quand j’avais quinze ans, je pensais que j’allais devenir écrivain, ou prof de Français. Au lieu de ça, je suis chef produit des fromages râpés trucmuche.
Quand j’avais quinze ans, je pensais que je me fiancerais pendant mes études et que je me marierais juste après. Heureusement, je n’ai épousé aucun des boulets rencontrés à la fac (ni après d’ailleurs).

Quand j’avais quinze ans, je conaissais toutes les chansons de Goldman par coeur et bizarrement, c’est toujours le cas. Je gardais mon walkman dans mon cartable, maintenant j’ai un iPod dans mon sac à main.
J’avais des amis qui sont toujours mes amis aujourd’hui, même ceux qui vivent à des milliers de kilomètres et que je ne vois qu’une fois par an au mieux.
J’habitais une petite ville, où je suis revenue vivre l’année passée après être allée m’essayer à la grande vie dans la capitale.
J’adorais les ordinateurs, je rêvais d’écrire des programmes (je trouvais que c’était le summum du cool) et aujourd’hui je conçois des sites web pour le fun et j’ai des tas de copains informaticiens.
Je noircissais des tas de pages de bétises écrites sans talent, et aujourd’hui je noircis des tas de blogs, au moins je peux revendiquer un accord parfait des participes passés.

Alors en fait, en y regardant de plus près, il n’y a pas grand chose qui a changé depuis. Les choses qui me définissent aujourd’hui me définissaient déjà alors.

Trente ans, après tout, ce n’est jamais que deux fois quinze.

 

L’interview beauté d’Hélène…

Filed under: Tout le reste — Marie D. @ 6:18

Interview lancée par Hélène sur son blog de fille, comme font les stars, et que je pique sans honte.

Maquillage, à quel âge ?
Horriblement tôt, à 12 ans et demi, maman n’a rien dit pour que je ne me mette pas à faire les choses en cachette – merci maman. Je serais sans doute moins cool avec ma propre fille!

Et depuis, c’est tous le jours ?
Jamais le dimanche sauf si sortie. Ma peau adore son jour de repos. Et en vacances c’est plus léger, pas de fard à paupière par exemple. Mais je ne fais jamais l’impasse sur la crème de jour!

J’ai toujours dans mon sac :
Des tas de bâtons de rouge à lèvres, alors que je porte toujours les deux mêmes. Je songe à revoir cette habitude. En hiver, un tube de crème mains.

Et sur ma table de nuit :
Une crème mains (Nuxe ou Neutrogena) et un baume à lèvre quelconque.

Budget beauté par mois :
Ca dépend. Par exemple si je fais ma colo moi-même au lieu d’aller chez le coiffeur, si on change de saison et que je refais mon maquillage… Je dirais en moyenne 50€, parfois 100. Je trouve que c’est beaucoup en fait.

Un produit fétiche :
Mon fond de teint. Depuis quelques années c’est DreamMat Mousse Gemey (pas cher et efficace), sinon c’est L’Oreal stick. J’aime les textures légères. Un fond de teint ça vous donne tout de suite de l’allure, même si vous ne portez rien d’autre.

Au saut du lit :
Que de l’eau claire sur le visage, puis hydratation et maquillage.

Et avant de me coucher :
Démaquillage obligatoire. Douche, lavage de cheveux puis masque et brushing. Crème de nuit « premières rides d’expression » depuis l’année dernière, mieux vaut prévenir que guérir.
Une super astuce beauté :
La crème hydratante légèrement auto-bronzante sur le visage, c’est super pour les filles pâlottes comme moi et c’est très naturel. Je l’utilise un jour sur deux ou sur trois à la place de ma crème de nuit. Le problème c’est d’en trouver une bonne sans alcool pour pas déseccher la peau.

Un beauty faux pas :
J’arrête pas de faire des catastrophes à l’autobronzant.
Ah et une permanente quand j’avais 13 ans, c’était la mode (en 1990) mais sur moi c’était pas une bonne idée.

Un truc qu’il faut faire et que je ne fais pas :
Gommer et hydrater mes jambes, j’ai trop la flemme. Résultat: j’ai une peau de crocodile en permanence.

Ce que j’aimerais qu’on m’offre à part des diamants (et à quoi personne n’a jamais pensé, naturellement) :
Un coiffeur particulier qui s’occuperait de moi tous les jours, comme les nanas de la télé qui sont toujours impeccablement brushées, quoi.

Merci Hélène pour ton idée!