En Avoir Ou Pas

…des amis, un amoureux, un boulot, de l’argent, des nouvelles fringues, une maison, des idées, des opinions, un blog…

La corvée mai 31, 2007

Filed under: Ma vie en technicolor — Marie D. @ 6:30

Un des trucs que je déteste le plus dans la vie, c’est de faire ma valise. Les défaire aussi, mais je suis sûre que personne ne se réjouit à l’idée de déballer deux tonnes de fringues sales. Par contre tout le monde aime aller en vacances, non? Normalement, on devrait boucler ses bagages avec joie et allégresse, heureux à la perspective du voyage à venir.

Ben non. Il doit me manquer ce gène-là. Je fais mentalement la liste de ce dont j’aurai besoin, je m’arrange pour qu’à peu près toutes les fringues que je dois emmener soient propres et repassées pour le jour J, et je fais toutes les courses nécessaires pour acheter tout ce dont j’ai besoin genre crème solaire, nouveau maillot, un mignon petit chapeau pour me protéger du soleil…
Je prépare jusqu’à ce que tout soit là, sur la commode de la chambre. C’est facile, il n’y a plus qu’à tout glisser dans le sac. Et ben là c’est le blocage. Je procrastine. Je repousse le moment jusque, genre, veille du départ à 22h30.

Et une fois que c’est fini, j’ai toujours l’impression que c’était pas si pénible et qu’il n’y avait pas de quoi en faire tout en plat. Mais l’anticipation d’un truc pénible et toujours pire que le truc lui-même, c’est bien connu non?

Publicités
 

Je suis maladeuuuuh mai 29, 2007

Filed under: Ma vie en technicolor — Marie D. @ 6:43

Ca n’arrive qu’à moi. J’ai traversé tout l’hiver sans le moindre petit rhume, alors que je bossais dans une pharmacie et que je croisais des dizaines de clients malades et contagieux tous les jours. Le grand principe de se laver les mains 15 fois par jour avait porté ses fruits.

Et là maintenant qu’on est presque en juin, et qu’en plus je suis en train de boucler mes valises (ah, oui: je pars en vacances samedi) j’ai attrapé une angine. Rien que ça. Il paraît que ça vient des changements brusques de températures. Forcément, on passe de +32° à -15° et vice et versa tous les deux jours, avec cette fin du monde qui dérègle tout le climat.

J’ai droit aux antibiotiques, qui soulagent effectivement l’angine, mais qui me rendent nauséeuse et malade. Et pas question de carotter, déjà que la semaine est raccourcie, avec tout ce qu’il y a à faire avant de partir, il faut aller bosser, malade ou pas.

Je vous le dis, moi: c’est trop injuste. Et vivement les vacances.

 

La honte… mai 27, 2007

Filed under: Le Méchant Monde de l'Entreprise — Marie D. @ 8:57

Je ne sais pas vous, mais moi je n’ai jamais bossé dans une boîte qui ait un ‘dress code’ bien établi. Alors j’observe les collègues et puis je m’adapte.

Ces dernières semaines j’ai remarque que tout le monde, jusqu’à la DG, porte des jeans le vendredi. Donc ce vendredi, c’était décidé, j’allais m’y mettre aussi puisque je n’avais ni rendez-vous ni réunion, et que ça me ferait au moins un jour où je ne devrais pas me creuser la tête pour décider quoi porter.

Vendredi matin, 8h12: je porte un jeans délavé par endroit, un petit top rose et un gilet à capuche kaki. Comme tous les matins je passe par la cuisine pour prendre une bouteille d’eau avant de rejoindre mon bureau. Je pousse la porte et je me retrouve nez à nez avev… 12 types en costume cravate. Damned: le conseil d’administration au complet venu tout droit de Finlande.

Je n’aurais pas pu sortir de la cuisine plus vite. Je me suis précipitée dans mon bureau avec l’idée de ne plus en sortir pour que personne ne me voie. Apparemment tout le monde savait qu’ils venaient, et donc personne ne portait de jeans! La honte sur moi!!!

Pas de chance: ma DG est venue me chercher pour me présenter à eux. Argggh. J’ai eu l’impression d’avoir 13 ans, c’est fou comme ce qu’on porte peut vous mettre mal à l’aise quand ça n’est pas adapté aux circonstances…

Je me dis qu’avec un peu de chance, d’ici à ce que je les revoie, ils auront oublié, et d’ici là je vais devoir me racheter un ou deux tailleurs bien stricts pour les prochaines visites.

 

Viens chez moi, j’habite sur le canapé mai 22, 2007

Filed under: A la télé ce soir — Marie D. @ 6:43

Je passe des heures sur mon canapé. Pas par paresse chronique, non (encore que) mais pour une raison valable: c’est de là que je vois le mieux la télé.

Or en ce moment, à la télé, il y a tellement de choses à voir que ça vire au job à temps plein! Je parle des séries bien sur. Alors au programme:

– Lundi: Desperate Housewifes saison 3 sur BeTv (le Canal+ belge)
– Mardi: Dr House sur RTL-TVI (le M6 belge)
– Mardi toujours: Grey’s Anatomy
Aïe! Les deux tombent en même temps! Heureusement que:
– Dimanche: Grey’s Anatomy sur RTL-TVI

Je vous passe les redifs de Buffy (ben oui, j’adore) et autres Gilmore Girls; les séries canadiennes obscures diffusées sur Arte (Regenesis) et toutes celles que je n’ai pas réussi à regarder pour cause de timing impossible (Heroes, le dimanche à l’heure de la sieste) et Dieu merci, je ne regarde pas tout (pas de Lost ni d’Experts-Pétaouchnok).

Bref, tout ça ne fait pas les affaires du ménage pas fait, de la pile à lire qui gagne en taille, et de mes devoirs pour le cours de webdesign; sans compter que pendant ce temps-là je ne suis pas sur mon blog!

Sur ce je vous laisse, House va commencer…

 

Viens chez moi, j’habite sur le canapé

Filed under: A la télé ce soir — Marie D. @ 6:43

Je passe des heures sur mon canapé. Pas par paresse chronique, non (encore que) mais pour une raison valable: c’est de là que je vois le mieux la télé.

Or en ce moment, à la télé, il y a tellement de choses à voir que ça vire au job à temps plein! Je parle des séries bien sur. Alors au programme:

– Lundi: Desperate Housewifes saison 3 sur BeTv (le Canal+ belge)
– Mardi: Dr House sur RTL-TVI (le M6 belge)
– Mardi toujours: Grey’s Anatomy
Aïe! Les deux tombent en même temps! Heureusement que:
– Dimanche: Grey’s Anatomy sur RTL-TVI

Je vous passe les redifs de Buffy (ben oui, j’adore) et autres Gilmore Girls; les séries canadiennes obscures diffusées sur Arte (Regenesis) et toutes celles que je n’ai pas réussi à regarder pour cause de timing impossible (Heroes, le dimanche à l’heure de la sieste) et Dieu merci, je ne regarde pas tout (pas de Lost ni d’Experts-Pétaouchnok).

Bref, tout ça ne fait pas les affaires du ménage pas fait, de la pile à lire qui gagne en taille, et de mes devoirs pour le cours de webdesign; sans compter que pendant ce temps-là je ne suis pas sur mon blog!

Sur ce je vous laisse, House va commencer…

 

Mais tu t’es regardée? mai 15, 2007

Filed under: Ma vie en technicolor — Marie D. @ 7:27

J’ai plus rien à me mettre.

Non sérieusement, je sais que toutes les filles disent ça malgré que leurs placards soient pleins (et les miens ne font pas exception) mais vraiment… Ca n’a pas aidé que tous mes pantalons favoris soient au sale/au séchage/pas repassés mais ce matin, pas moyen de me trouver quelque chose à me mettre sur le dos.

Après avoir sorti au moins cinq jupes sans pouvoir trouver un haut qui aille avec (mais comment ai-je fait jusque maintenant?) ô illumination, j’ai remis la main sur un ensemble tout mignon que j’avais acheté pour une réunion à Barcelone au printemps dernier. Long jupon, petit top à bretelle et boléro.

Déjà sérieusement à la bourre pour aller au boulot, j’enfile le tout en disant mes prières pour que le kilo en trop qui s’incruste depuis cet hiver ne m’empêche pas de fermer la jupe. Bonheur, elle me va comme un charme. Mais alors le reste… En grossissant de je ne sais où, j’ai apparemment du perdre du haut. Résultat: le petit top baille, et le boléro à l’air élargi, ce qui fait que mes bretelles de soutif réapparaissent dans le paysage.

Comme entre temps j’avais volé hors de la maison jusqu’au bureau, j’ai passé la journée à tirer sur mon top de tous les côtés pour vérifier que je n’étais pas en tenue de plage.

Une commande d’urgence s’impose sur mes sites de fringues préférés, non?

 

Ségolène, Angela, Hillary…et moi. mai 5, 2007

Filed under: Ma vie en technicolor — Marie D. @ 7:54

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voté pour des femmes. (Ca ne fait pas si loin en fait, il n’y a jamais que 12 ans que j’ai le droit de voter…). Vu que la loi belge oblige tous les partis à mettre au moins 50% de femmes sur les listes électorales (et bien que je ne sois pas vraiment d’accord avec ce genre de ‘discrimination positive’), ça n’a jamais été trop difficile d’en trouver une qui me semble assez représentative de mes valeurs.

En plus je me suis toujours dit que si elles avaient dans leur job la moitié des difficultés que j’ai pu moi-même avoir pour faire leur trou dans un monde d’hommes, et bien elles méritent certainement tout le soutien que d’autres femmes peuvent leur apporter. Et, naïve comme je suis, j’avais tendance à penser qu’un tas d’autres femmes devaient voir les choses de la même façon.

Et bien non. D’après un article que j’ai lu sur Womens eNews ça serait même plutôt l’inverse! Et il y a plusieurs raisons à cela.

D’abord, tout le monde conviendra que les femmes en politique sont encore une minorité, en tous cas dans les hautes fonctions. Et bien dans toute minorité il existe une peur que le monde ne soit pas prêt pour « l’un d’entre nous ». Aux USA, il y a donc plus de Blancs que de Noirs qui pensent que le pays soit prêt pour un président Afro-Américain. Idem pour les femmes: elles ne sont pas encore sûres que le monde soit prêt à les laisser diriger un grand état.

Ensuite, il y a le refus de s’identifier à une perdante. Les femmes qui considèrent que leur pays ne donnera pas le pouvoir à une femme, préfèreraient ne pas voir une femme se présenter. Car si il y a une candidate sérieuse et qu’elle perd, ce sera une défaite pour toutes les femmes.

Puis il y a la pression des médias. Les médias ramènent toujours une femme politique à sa condition de femme ou de mère de manière négative. Pensez à tous les commentaires télévisés sur le look de Ségolène Royal. Est-ce que quelqu’un à déjà passé un quart d’heure à disserter sur la couleur de la cravate de Nicolas Sarkozy? Non, évidemment. Pareil aux Etats-Unis où une journaliste du New-York Times a critiqué un discours d’Hillary Clinton au sujet de la situation en Irak en disant que « Mme Clinton parlait comme une mère dont le fils adolescent n’a pas rangé sa chambre ». Par contre si on fait référence à la figure paternelle d’une homme politique, c’est toujours avec une connotation positive.

Et puis pour une raison étrange, les femmes seront toujours les premières à critiquer d’autres femmes qui s’engagent en politique – plus que les hommes ne le feraient. Elles ne pardonnent aucune imperfection à l’une de leur pair, et aucune femme ne sera donc jamais assez parfaite pour elles.  Cette semaine encore au bureau j’entedais des collègues femmes critiquer Ségolène Royal qui « a l’air prétentieux et s’habille mal » (c’est crucial pour l’avenir de la France, c’est sûr). Parfois les femmes sont leur pire ennemi.

Un collègue à moi disait parfois avec ironie que l’égalité des sexes serait une réalité le jour où il y aurait autant de femmes incompétentes à des postes importants qu’il n’y a d’hommes incompétents dans ces fonctions aujourd’hui. En attendant, nous n’aurons pas le luxe de faire un choix électoral qui soit totalement neutre par rapport au sexe des candidats. D’ailleurs aujourd’hui, il y a un pourcentage moins élevé de femmes sénateur aux USA qu’au Pakistan ou au Liberia!!!

Peut-être qu’il serait temps pour nous les femmes de ne plus avoir peur de notre réussite et d’arrêter de nous saboter nous-mêmes.